Bon, je ne vais pas faire un cours sur la communication, que, je suis convaincue, vous maîtrisez. OK, si vous insistez, j'y reviendrais un jour prochain, car, je l'aime moi, la communication ! Pour l'heure, mon enfant intérieur, me dicte et je vous retranscris ;o

D'abord, que tous les esprits ignorants ou rigides ou les deux prennent note de ceci : L'Aide Médico Psychologique est compétent sur le 'développement de l'enfant'. Aide soignante, soit, c'est pas son domaine, mais l'AMP, oh que oui.

Dernièrement, un IDE me disait que oui mais uniquement auprès de l'enfant handicapé

:o(( Furax intérieurement mais d'un calme d'un autre monde, je lui rétorque :

Le handicap primerait sur l'enfant, selon vous ?

et J'ajoute : Je veille à ne pas faire de différence entre un enfant et un enfant.

J'accueille l'enfant avec sa différence, capacités, besoins que chaque enfant possède forcement, handicap ou non.

Vous n'agissez pas de la sorte avec un enfant sans handicap ? C'est l'essence de mon métier. Je supporte de moins en moins recevoir des leçons de supérieurs hiérarchiques à peine sortie de l'adolescence. BRRRRRRRRRRRRR; Va falloir réfléchir très fort à la suite de ma carrière.

  • Ce n'est pas pour rien si l'AMP est dispensé totalement du EP2/cap-P.E./ Prise en charge de l'enfant en structures collectives.
  • Que ceci soit intégré une bonne fois pour toutes ! De tous les diplômes que je possède, oui, quelques uns, celui ci, est mon préféré. Imaginez, Aider psychologiquement les humains...Pour l'humaniste que j'aspire être, sincèrement, c'est Top ! La première fois que j'ai exercé auprès d'enfants (hors les miens, les neveux, les nièces et les soirées baby-sitting), ce fut au sein d'un IME: 0 à 18 ans . Excusez, si, lorsque, un 'patapouf' et une 'frigide' sous entendent que l'enfant n'est pas le rayon de l'AMP (si, le patapouf et la frigide existent, ne sont pas en couple mais ont passé une alliance)... Le soleil en moi à envie de les transpercer de mes rayons ! Pourquoi ne l'ai je pas fait ? Parce que la bave des crapauds n'atteint point la douce colombe.
  • Un peu de méditation active, car le développement personnel fait partie d'un de mes centres d'intérêt, et me revoici, telle un écu tout neuf .L'optimisme est une qualité, ne l’oubliez jamais.
  • *** L'ENFANT LE JEU ET LA COMMUNCATION J'ose dire que de tous les moyens utilisés pour communiquer, et croyez moi, je les aient utilisés, ceux qui ont le plus d'impact dans la communication, sont : La gestuelle, l'oral, le visuel, l'écrit ! Aussi, ne jamais oublier que, afin qu'il y ait situation de communication, il faut : Être deux, utiliser les mêmes codes/langage, et avoir conscience de soi. Pour l'enfant, le JEU, c'est très sérieux.
  • Le jeu permet à l'enfant de s'exprimer et cette expression est vivante, motivée par le désir de vivre et de découvrir...On peut dire que le jeu est varié et prend des formes différentes suivant l'âge : en fonction de la Maturité biologique et psychique. Jouer est signe de santé physique et mentale.
  • Attention, un enfant qui ne joue pas = s’interroger. Le jeu chez l'enfant est donc un principe vital indispensable à son développement affectif, intellectuel, moteur et social. Piaget voit dans le jeu la condition du développement.
  • Contrairement à l'adulte, qui joue s'il n'a rien d'autre à faire, l'enfant lui, prend le jeu très au sérieux. Croyez vous que l'adulte apprend le jeu à l'enfant ? Non, pas plus qu'il ne lui apprend à respirer !
  • Le jeu permet à l'enfant de faire des expériences utiles, du plaisir, et de comprendre ce qui ce passe en lui et en dehors. Nous pouvons dire que pour l'enfant, le jeu est un vrai boulot.
  • Le rôle de l'adulte sera d'accepter le jeu, l'accompagner, le soutenir et l'encourager. Les étapes du jeu : dans les premiers mois, le jeu de l'enfant se développe à partir de son corps : Expériences sensorielles et motrices !
  • Par le canal des 5 sens, tout est jeu et les sensations sont multiples et variables en coordination avec les mouvements... Dés10 mois/1an environ, le jeu devient symbolique : faire tomber le jouet par terre, le cherche du regard, recommence dés que l'adulte a ramassé l'objet...
  • Le jeu symbolique permet à l'enfant de déplacer ses sentiments, positifs ou négatifs, sur les objets qu'il maîtrise.
  • Théorie Freudienne = le jeu offre la possibilité de réduire les tensions et repose sur un compromis permanent entre les règles et les pulsions, le réel et l'imaginaire. Raison pour laquelle l'enfant emmène avec lui un objet privilégie qui représente sa mère, son absence et qui le sécurise : Sacré doudou...Grâce à cet objet transitionnel , l'enfant affronte les situations inquiétantes.
  • Alors, naturellement, ce n'est pas l'objet en lui même qui est transitionnel. L'objet représente la transition : état d'union avec la mère à l'état de relation avec la mère*, en tant que quelque chose d'extérieur et de séparé. Jeu avec la mère, le père, puis sous le regard des autres adultes et enfin le jeu avec les autres enfants = préparation à l'identité séparée =Traversée des dimensions du jeu symbolique
  • Selon Winnicott, certaines conditions sont nécessaires pour que la quête de soi aboutisse :'Ces conditions sont associées à ce qu'on a coutume d'appeler la créativité. C'est en jouant, que l'individu est capable d'être créatif et d'utiliser sa personnalité entière. C'est seulement en étant créatif que l'individu découvre le SOI'
  • Le jeu, moyen de communication privilégié de l'enfant est donc facteur d'équilibre. Le jeu = expression émotionnelle ! Surtout lorsque l'enfant qui n'a ni les mots de lecture, ni ceux de l'écriture et peu de mots pour dire ses émotions = le jeu tient le rôle d'expression de sa vie intérieure.
  • L'enfant grandit et le jeu s'enrichit de logique, de raisonnement, de règles. Au fur et à mesure de son évolution, le jeu de l'enfant intégré le principe de réalité...et...devient alors de plus en plus abstrait. Jeu plaisir, plaisir d'être avec les autres, les autres qui sont des partenaires de jeu.
  • Sterm répartit le jeu en deux familles : les jeux individuels (ex.jeu de construction) et les jeux sociaux (ex.jeux de combat) Le rôle socialisant dés la fin de la première année de vie est reconnu par tous. Autrement dit, fréquenter une garderie, la crèche, c'est que du bénéfice pour l'enfant. Dans le processus du développement de l'enfant, la spécificité des relations entre enfants est très importante: Co-construction d'une réalité sociale partagée.
  • Et ce même si, je le rappelle, toute interaction se construit à partir d'une émission et, d'une interprétation. Or, entre 2 et 3 ans, les gestes de communication de l'émetteur sont peu clairs et le récepteur peu expert en décodage !
  • Avec l'évolution des interactions, les enfants deviennent aptes à intégrer plusieurs partenaires et une nouvelle forme d'échanges : l'imitation simultanée.C'est une des plus grandes capacités humaines, à la base de 2 fonctions adaptatives de base : l'apprentissage et la communication !
  • Piaget distingue 4 catégories de jeux : Jeux d'exercice (ex jeux d'éveil 0-2 ans), Jeux symboliques (ex, jeu d'imitation + de 2ans), Jeux de règles (ex. jeu de société à tous les âges), Jeux de construction (à partir de 10 mois avec les briques, à 15 mois les cubes...etc)
  • En conclusion, pour l'enfant (mais PAS uniquement) le jeu est : un moyen de communication,
  • un outil de construction des relations entre pairs,
  • le jeu est sociabilisant ;
  • Par l'expérience qu'il en est faite, l'enfant construit sa relation au monde et aux autres, et, se construit comme être social.
  • Autrement dit, ne vous moquez pas du jeu enfantin, car pour l'enfant, son jeu, c'est vraiment du sérieux.
  • Alors, allez dormir, laissez le travailler !

*******Ce ne sont pas les agissements ou comportements de la mère/père qui sont à l'origine des maux de l'Être; mais c'est la manière dont l'Être choisit / décide de réagir aux circonstance de sa vie qui provoque ses maux *******

Communication dans le jeu de l'enfant ...Rôle AMP
Retour à l'accueil