La violence Psychologique au sein du couple

La VIOLENCE / Définition : Force brutale exercée contre quelqu'un. Contrainte illégitime physique ou morale.

On entend souvent que la violence possède plusieurs visages.

C'est vrai !

En ce qui concerne la violence physique : coups, blessures...L'évidence se montre à nos yeux...

mais qu'en est il de la violence psychologique ?

Selon les statistiques, les violences physiques auraient lieu plus souvent dans les milieux défavorisés et les violences psychologiques seraient plus fréquentes dans les milieux aisés !?!

Euh, ah bon ?

Selon moi, la violence physique ne peut pas être dissociée de la violence psychologique. Nous n'avons qu'à écouter les victimes.

Le choc psychologique est, bien plus long à guérir que les marques des coups sur la peau. Naturellement, la violence psychologique est plus difficile à reconnaître puisque les traces ne sont pas visibles à l'extérieure.

Le harcèlement moral est violence psychologique !

Une psychiatre dont je ne me rappelle plus le nom (pardon) dit que le harcèlement moral s'apparente à un « meurtre psychique ».

C'est fort, ET c'est vrai...

Il est possible de détruire le psyché d'une personne avec des sous-entendus dévalorisants et répétitifs.

Remarquez, c'est le but recherché par l'agresseur verbal : détruire sa victime psychologiquement parlant, c'est bien son objectif !

Les conflits et notamment les disputes de couple se transforment elles toujours en agression psychologique ? Selon les spécialistes, non !

Il ne faudrait pas confondre une scène de ménage, ou un dialogue est instauré fusse t il avec des insultes, et le harcèlement qui est une série de reproches répétitifs et systématiquement à sens unique.

Ouf ! Diront peut être certains d'autres vous qui lisent cet écrit !

*Le manuel de la classification internationales des maladies mentales dit qu'un harceleur psychologique est un pervers narcissique.

Son 'mal' est pathologique !

Bref, c'est un malade qui s'ignore.

Les personnes de science qui 'recueillent' les victimes de ses grands séducteurs que sont tous les harceleurs, les comparent à 'des suceurs d'âme'.

Autrement dit, ils alternent la séduction et les 'petits actes pervers'...

Ils hypnotisent leur victime qui n'y voit que de la fumée. Peu à peu, elle est vidée de son sang, et sa vie se transforme en calvaire. Enfermée dans une tour imprenable dont seul le harceleur psychologique possède la clé.

Faut savoir que la victime est un outil de valorisation pour le narcissique. Le pervers a un besoin immensurable et insaciable de posséder.

Le harceleur est paraît il, plus souvent homme. Pourtant, ne nous y trompons point. Les harceleuses leur emboîtent le pas en ce siècle de psychopathologies en tous genre.

Le manipulateur psychologique, homme, très rapidement amènera sa 'proie' à quitter son job (si elle en a un). Logique, elle devient de fait dépendante financièrement aussi et conforte sans le savoir la position dominante de son partenaire pervers.

Harceleur, pervers narcissique, manipulateur = grand séducteur = surtout au début de la relation (cadeaux, demande mariage...)

Bref, le bla bla bla que toute victime rêve entendre.

Sont pas si originaux tout compte fait !

N'allons pas supposer un instant que les victimes sont des ignares/ faibles /ou attardées. Pas du tout !

Les statistiques confirment que les victimes sont plutôt dynamiques parfois très brillantes. D'ailleurs, il paraît que les victimes 'faibles' sont sans intérêt pour le 'pervers narcissique'... Compliqué ?

Bah c'est pour cela qu'il porte bien son nom de pervers.

Dans la tête de ce grand malade, la personne humaine est niée dés le départ, pourtant, son harcèlement n’apparaît que lorsque la victime a perdu son 'utilité' à ses yeux ;

Autrement dit, qu'elle ne lui permet plus d'être valorisé...

Donc, il estime dés lors, qu'elle lui est inutile, puisqu'elle ne lui apporte plus ce dont il a viscéralement besoin pour alimenter son EGO.

Bah dit donc, pas facile l'analyse.

Pas facile non plus de leur échapper à ces « désaxés de l'esprit » !

Alors, puisque la victime ne valorise plus son égo, le harceleur change de comportement vis à vis d'elle, il trouve la faille, appuie dessus de plus en plus fort, jusqu'à ce que la victime agonise !

Torture torture quand tu nous tiens...

« Il m'a mise plus bas que terre » disent leurs victimes.

C'est vrai !

Les Psy ont constaté, que ce changement de comportement, bizarrement coïncide avec un nouvel engagement, quelque soit par ailleurs sa nature :

-Création d'une société ou achat d'une maison avec le conjoint, ou la naissance d'un enfant...

Dés lors, le 'pervers' ne supporte plus d'être lié, et entreprend de réduire à néant sa victime qu'il transforme en un objet qu'il lui faut éliminer... Sans pour autant, pas une seconde envisager la séparation.

Bah voyons ! On est pervers narcissique ou on ne l'est pas, pas vrai ? Ah là là la !

Restons sérieux, cette contradiction fait partie de la perversion.

C'est ici que s'ouvre le deuxième volet de la descente aux enfers pour la victime :

-Le harcèlement se transforme en chantage !

« Qui voudra de toi à part moi ? »

« T'es personne sans moi »

« Tu veux vivre sous les ponts avec les enfants, c'est çà que tu veux ? »

« Qu'elle mère es tu, si c'est ce que tu envisages pour eux »

« Mais ma pauvre fille, tu vivrais dans un studio miteux sans moi » etc.etc.etc.

Alors, çà vous parle ? du vécu ? J'espère sincèrement que non ! Si oui, allez vite chercher du secours car ce genre de personnage est un véritable 'voleur de vie'. Une sangsue qui vous sucera le sang jusqu'à votre anéantissement.

Le harceleur vous convaincra aisément que votre opinion n'a aucune valeur pour quiconque, il s’appropriera votre vie d'une manière ou d'une autre, et vous fera regretter d'être vivante.

Culpabilisée dans l'âme, la victime se laissera vider de son sang !

Victime consentante car pas la force de lutter !

Oui, c'est vrai !

Sachons le, le premier des chantages gagnant à coup sur ce sont les enfants !

La victime n'a le droit dorénavant qu'au dénigrement, style :

« Avec toi rien ne marche »

"T'es bonne à rien"

« T'es jamais contente »

« Tu mérites pas tout ce que je fais pour vous »

Le 'pervers narcissique' ne supporte pas la contradiction à ce qu'il entreprend, fait, et dit ; quoi qu'il dise ou fasse, la victime en sera toujours la responsable et méritera d'être maltraitée. Presque il penserait que c'est là un immense privilège !

Bon, après, pour l'objectivité, je dois signaler aussi que les femmes 'bourreaux' existent et sont de plus en plus nombreuses. Véritables manipulatrices, elles sont des destructrices implacables de maris et même de leurs propre progéniture. Sans doute plus que l'on a connaissance, car les hommes manipulés se plaignent moins ou règlent les choses par eux mêmes !?!

Dans tous les cas,

Ce qui peut surprendre, c'est le temps (parfois très très long en terme d'années), que les victimes des manipulateurs endurent les calvaires imposés.

Cela s'explique ;

Outre le lavage de cerveau qui s’opère petit à petit, les victimes possèdent un sentiment de culpabilité immense, que je nomme la culpabilité de l'âme. S'ajoute un sentiment de peur et de honte. L'isolement aussi, car le harceleur aura réussi à éloigner tout le monde de sa victime.

Pas facile de s'en sortir.

D'ailleurs, lorsque la victime essaie, son bourreau le 'sent' et devance son acte en revenant avec de nouvelles promesses, nouveau projet, nouvelles couleuvres que la victime avale sans difficultés.

Hé oui, les manipulateurs narcissiques possèdent l’instinct animal, qu'il ne cesse d'être. Arrive le stade ultime, la mise à mort, ce que j’appelle suicide psychologique programmé, nourri par la honte de la victime de ne pas être capable de se défendre, de partir, de quitter son bourreau...

A ce stade, certaines victimes abandonnent et commentent l'irréparable. Le cercle vicieux de la trilogie psychanalytique infernale est à son apogée :

Défi – Délit – Déni !

A partir d'ici, le repli sur soi et la souffrance viscérale ne connaît plus de répit tant que la victime ne trouve pas les ressources nécessaires pour s'échapper de l'emprise de son bourreau.

Par exemple, en faisant une demande de divorce, la victime s'expose automatiquement à un chantage par rapport aux enfants, au domicile, à la pension alimentaire (le harceleur-manipulateur- pervers narcissique se rend insolvable brillamment et souvent avec la complicité de proches qu'ils sait manœuvrer dans le sens du vent.

DIVORCER D'UN PERVERS NACISSIQUE EST PLUS QU'UNE EPREUVE CAR IL SAIT FORT BIEN MANIPULER LES PROCHES (famille) ET LES METTRE DANS SA POCHE ET SOUVENT IL S 'ENTOURE DE PERSONNES QUI SONT PRÊTES A BEAUCOUP POUR LUI (collègues de travail, amis personnels à qui il rend des services et attend un retour sur investissement ) .

Il faut noter que ce genre de pervers, ne connaît pas la culpabilité et est absolument incapable d'analyser son comportement.

Par contre, il sait fort bien faire semblant, il saisit vite la demande de l'autre et est capable dans le but d'en tirer parti de feindre momentanément s'il en retire bénéfice.

Le pervers narcissique possédé la capacité de déceler et/ou de créer le désir chez autrui et y répond en devançant ce désir.

Autrement dit, il peut berner un médecin, un avocat, un juge, l'assistante sociale...qui ne vivront jamais avec lui assez longtemps pour le démasquer.

De fait, cela peut se transformer rapidement en parole contre parole (parole victime -parole harceleur) !

Bah si !

Comment accompagner, guérir, ce malade de tous les dangers psychologiques ? Difficile, à partir du moment où il ne voit pas quel est le problème.

Selon lui, le problème vient de l’autre .

Lui, est irréprochable !

(bon mari, bon père, bon fils, bon travailleur...idéal, quoi)

De fait, et de l'aveu même des spécialistes du genre, sa guérison s'avère très difficile.

Comment accompagner, guérir la victime ?

Admettre et comprendre que l'on vit ou vécu avec un harceleur est un premier pas ; Il faut bien, nommer, identifier les violences répétées.

Comprendre et les voir venir afin de les prévenir !

Bref, il faut du temps, de la conscience, et une certaine stratégie. Lorsque la victime parvient à s'en libérer, il lui faudra apprendre à se réapproprier son existence sans culpabilité.

Dans ce genre de séparation, la victime part la plupart du temps dépouillée de tout y compris des enfants.

La lutte ici est simple : Hisser le drapeau blanc, prendre la fuite pour rester en vie.

Certains proches d'un pervers narcissique (père, mère, enfants, sœur, se complaisent dans le déni...

avant de,

sans prendre garde, sans en avoir conscience,

sont transformés en objet maniable selon la mauvaise volonté du pervers,

quand, ils ne deviennent à leur tour,

pervers narcissique eux mêmes...ou du moins, adoptant certains comportements de manipulation et de dévalorisation sur autrui.

C'est très curieux dans pareille situation de constater les effets désastreux sur leur vie, et sur leurs propres comportements.

Malgré une existence dépourvue de grands soucis, se développe un mal être profond sur lequel ces victimes inconscientes ou victimes devenues bourreaux à leur tour : fonctionnement sur le même registre que le pervers narcissique, sans doute afin de ne pas se laisser détruire (mécanisme de défense) et / ou afin de ne pas devoir partir (séparation définitive non intégrée comme une possibilité)

Se succèdent des moments de violentes disputes, qui provoquent furtive séparation, suivis de retrouvailles et nouvelles résolutions jusqu'au prochain clash...C'est la spirale d'un éternel recommencement...C'est la négation de la véritable relation : rapports de force destructifs. Sans départ définitif et aide psychologique...Pour ceux ci, une thérapie familiale sera indispensable, mais rarement envisageable.

Pour la victime conjointe = 1 Conseil : Prendre un avocat !

FEMMES INFOS SERVICE : 39 19 afin qu'un relais soit mis en place.

Seul on ne peut rien ou pas grand chose, mais avec un peu d'aide, que de grandes choses sont accomplies.

Cathy Neves

----------------

*Le manuel de la classification internationales des maladies mentales :

Le DSM-IV est un système de classification catégoriques. Les catégories sont des prototypes, et un patient possédant une approximation proche du prototype est dit comme possédant ce trouble. Chaque catégorie de troubles possède un code numérique tiré de la liste de codes CIM-10, utilisé pour des buts administratifs du service (incluant l'assurance) de la santé.

Le DSM-IV comprend cinq axes qui s'attachent respectivement : Axe I : Les troubles majeurs cliniques Axe II : Les troubles de la personnalité et le retard mental Axe III : Aspects médicaux ponctuels et troubles physiques Axe IV : Facteurs psychosociaux et environnementaux Axe V : Échelle d'Évaluation Globale du Fonctionnement

La VIOLENCE Psychologique au sein du couple. Manipulateur, Pervers narcissique
Retour à l'accueil