Ceux qui ont perdu un enfant, savent combien la douleur est intense, la blessure profonde, le sentiment de culpabilité viscéral, la mémoire douloureuse, parfois à en devenir aliénante…

Le médecin dira que cela se vit par étapes : après le déni vient l’acceptation

Le philosophe dira que tout ce qui ne tue pas rend plus fort

Le mystique dira peut être qu’il est question de Karma

Le Psy écoutera et se dira qu’il faut laisser le temps au temps

Les proches pleureront avec

Mais l’immense vide, lui, sera impossible à combler…

Oui, à cela aussi j’y ai survécu…

Pourquoi, au fait, vouloir combler le vide laissé par l’absence ? A quoi sert de se faire accompagner par qui n’a pas vécu pareil cauchemar ? Pourquoi son enfant et pas un autre ? Pourquoi Dieu permet il pareille ignominie ?

Pourquoi pourquoi pourquoi et pourquoi ?...........sans fin et sans réponse !

Selon mon expérience, du médecin aux proches, tous ont un peu raison, c'est-à-dire,

tous possèdent un petit bout du fil de l’histoire…sans en avoir la solution, ou le remède miracle, qui, faut l’avouer, ne serait que le retour de l’être aimé disparu : La résurrection ! Impossible !

Alors, parfois, arrive un temps ou le regard de larmes cherche ailleurs… Etant donné l'esprit ‘absent’ du monde réel, certains se tournent vers un Médium, et le Médium est là qui se propose d’aider…Alors pourquoi pas essayer ?

L’ETRE fragilisé qu’est celui qui a perdu un être cher, ne demande qu’à CROIRE, et, ma foi, il va y croire dur comme fer. Que dit le Médium de si extraordinaire, de si positif… au point qu’une fois sorti, le premier sourire depuis l’enterrement se dessine sur le visage de ce parent en peine ? Quand son visage torturé par la souffrance juste avant la séance a retrouvé la brillance dans le regard et une joie incontrôlable dans son cœur ?

La personne qui perd un être cher, en fait, attend Un signe, un tout tout tout petit signe : la Vie n’a pas de fin !

Un mot, un tout petit mot : Amour dans l'éternité !

Une affirmation forte : Vous n’êtes pas coupable, vous avez le droit de vivre, votre enfant est heureux et bien entouré ‘là haut’ .

Souvent, il aura suffit de cela pour que sa croyance, au sens religieux du terme, refasse surface. Par un biais inattendu et disons le antagoniste pour beaucoup, mais les voies qui mènent à Dieu sont impénétrables.

Après, qui dit que la croyance est logique ? Les faits sont là !

Celui qui croit en quelque chose très fort (cela peut être à une patte de lapin), ou en quelqu’un, il lui pousse des ailes invisibles qui lui apportent une joie de vivre. Cette joie de vivre lui donne la force de faire face aux aléas de la vie plus fortement encore.

Le deuil n’est pas facile, pas simple a gérer…pour personne...c’est pourquoi chaque être humain dans la douleur a besoin d’aide et que cet être prenne un chemin hors des sentiers battus ne me choque pas. Je le comprends !

Après, bien entendu, l’aide d’un professionnel spécialisé dans cet accompagnement spécifique et préférable et, selon moi, essentielle. Souvent, la personne y vient plus tard, après avoir expérimenté un ‘ailleurs’.

De toutes les manières, surtout au début, la personne endeuillée ne croit pas forcément avoir besoin d’aide 'rationnellement' parlant… N’est pas forcement consciente du besoin de son psyché, ou le risque pour son corps.

Le principal risque étant la dépression, voire le suicide dans certains cas. Donc, même si la personne refuse, il faut continuer à lui manifester vos sentiments humains par votre présence. Les souvenirs seront toujours là, mais s’allégeront peu à peu, et contribueront à apprécier la vie, à avancer, à savourer la magie dans les choses qui nous entourent.

Il faut comprendre et accepter comme véritable, que l’être humain possède des ressources insoupçonnables, auxquelles son organisme et psychisme font appel au moment opportun. A quel moment ? Pas de miracle visible et immédiat ici non plus: Lorsque la personne est prête. Elle seule le décide : Consciemment ou inconsciemment.

Et lorsqu’elle prendra sa décision, les proches, médecins, Psychologues... seront là pour l’aider dans le processus qu’elle aura amorcé. C’est pourquoi je dis toujours, consulter les médecins et ou croyances parallèles n’est pas néfaste en soi, si on sait pourquoi on y va, et n’en devenons pas accro. (croire au bonheur artificiel est une erreur aussi)

C’est comme tout dans la vie. Faisons le en conscience et payons en le prix sans regrets ni remords. En pleine conscience !

Je crois sincèrement à la responsabilité de chacun. Je pense également qu’il n’y a pas de gourou (hors emprise sur enfants), mais des disciples qui les entretiennent.

Que pensez vous qu’il arriverait si, à partir de cet instant, plus personne ne fumait ?

-Les vendeurs de nicotine fermeraient leur porte !

C’est valable pour tout !

Il y a l’offre, puis il y a le client.

Selon vous, qui est le plus responsable ?

-Selon moi ils sont à égalité !

Le deuil n’est pas une maladie, elle ne s’attrape pas, donc, nous ne risquons rien à approcher et aider la personne en deuil.

La dépression, par conte doit être prise en charge par des professionnels compétents.

L’épreuve se présente à notre porte sans que l’on s’y attente toujours. Non préparés, le choc est brutal.

Lorsque l’on perd un être cher, le monde semble s’écrouler autour de nous, plus rien ne nous semble avoir de l’importance…

Il ne faut absolument pas rester seul : Association Vivre Son Deuil // Association Apprivoiser L'Absence...

Etre entouré est une des clés du mieux vivre avec, ne serait ce que par l’énergie de réalité, l'énergie de vie, apportée à la personne endeuillée, et ce, par le simple fait d’être présent dans l'ici et maintenant, avec et pour elle, elle qui souffre la disparition d'un être cher.

Inutile de parler, rien de ce que dira celui qui ne VIT pas le deuil n’aura assez de profondeur pour atteindre un cœur en peine…

Les mots, dans ce cas ci peuvent même devenir agression qui s’ajoutera à l’abîme de la souffrance.

Le mécanisme de défense a la peau dure...Seuls, l’amour d'une présence bienveillante et l’oreille attentive peuvent aider à surmonter…un peu !

"Rien n'est plus merveilleux que le fait de vivre, mais en avoir pleinement conscience, est une autre histoire"

Dueil, Mort d'un être cher, Perte d'un enfant, Souffrance et aide
Retour à l'accueil