Il y a un endroit, il y a un lieu...MAGIQUE...
Il y a un endroit, il y a un lieu...MAGIQUE...
Il y a un endroit, il y a un lieu...MAGIQUE...

Il y a un endroit, il y a un lieu...MAGIQUE...

C'est étrange,

L'écriture est issue de mon indomptable inspiration ; Une impulsion incontrôlable. Un savoir inné. Comme une évidence. Un besoin viscéral. Sans aucun savoir acquis dans cette vie ci.

Contre tout bon sens. Opposé à ma réalité, qui elle est réfléchie, analysée, corrigée... je ne me l'explique toujours pas. Je vis / expérimente tel ou tel évènement, il faut que je le couche sur papier. Je constate tel ou tel fait, faut que je le l'écrive.

Que ce soit rendu public ou non, que je gagne ou pas,  ce n'est guère important. 

L'essentiel c'est l'écriture. ÉCRIRE !

A L'image, je préfère, Ô combien, le ressenti des mots, l'ombre de l'anonymat...

L'éternelle Aidante qui écoute et conseille...Qui encourage ou console.

C'est ainsi. Ma façon de respirer, de partager aussi...À m'y perdre nuit et jour sans notion du temps. Le flot émotionnel envahit tout, et déborde autour de mon existence. Seule, je suis seule au monde...mais ne l'est-on pas TOUJOURS ?

Le contraire n'est que pure illusion, fruit de notre imagination, fébrile, elle est.

 Lieu magique que la plume à l''orée d'une forêt où coule l'eau transparente du ruisseau d'Eden.

Non ce n'est pas l'océan, pas même une rivière. L'eau claire est bercée par les rayons d'un soleil courageux et bienfaisant. Capable de perforer le sommet des arbres millénaires, et protecteurs de tous mes maux.

Quel endroit magnifique. En ce lieu, le calme règne en Roi et les mots intérieurs en Reine. Les fleurs de milles et une couleur, dansent au gré d'un douce brise de printemps éternel. Il fait chaud, mais pas trop. Loin du vacarme de la baie. A l'abri de l'effervescence des egos débordants.

Ce n'est pas la campagne. Ce n'est point la haute montagne non plus. A mi chemin entre ces 3 mondes. La clarté et l'apaisement en prime.

Par ce jour de printemps, j'y suis assise sur un banc en bois, pieds nus sur la terre qui me porte et me nourrit. C'est un endroit où je suis sage, épanouie, consciente du moment présent.

Sans souci du passé, sans échafauder l'avenir. Je me sens bien .Je vis !

Je vis car j'écris, j'écris puisque je ressens, je ressens puisque nul besoin d'exercer mil métiers pour subvenir à mes besoins.Tout se trouve à portée de ma main. Et me vient cette vague de lettres, par lesquelles je noircis les feuilles vierges...Oui, la possession est totale et je n'envisage aucun exorcisme.

Quelle Chance nous avons.Tout nous est offert. Une vie merveilleuse où nous n'avons qu'à piocher au gré de nos besoins.

Entre montagne et mer, un village ensoleillé.Tel un retour aux sources inespéré, inattendu, maintes fois repoussé...

Une saveur sucrée à chacun de mes pas, tandis que j'arpente des ruelles et grimpe des escaliers...

Un air de déjà vu, déjà senti, déjà gouté, souvent écouté, mais jamais apprécié à sa juste valeur...

Par peur de manquer, par angoisse du lendemain, par stress de ne pas y arriver, que de temps à pêcher.

Pourtant, comme me paraissent clairs les Divins messages...Serais-je aveugle et sourde que je les ressentirais de pareille intensité.

Consciente d'être née sur une planète bénie, nommée terre.

Quelle chance.

La possession existe, elle s'appelle passion.

La passion acceptée, transmute en élan, permet de vivre dans l'émerveillement de ce qui est.

Passion apaisée en somme : Conscience ! Bienveillance ! Accueil ! Gratitude !

Bienvenue au printemps des consciences.

Retour à l'accueil