En 2016, nos 'singeries' continuent...

En 2016, nos 'singeries' continuent...

Depuis des années que je mets en garde sur des dérives préjudiciables pour toute la profession, pratiquées par des zèles, sous couvert humain, en fait manipulés par le système. Bref, j'ai encore pu constater que rien n'a VERITABLEMENT changé dans certains établissements.

Lors d'une mission, un collègue AS déclare qu'il a oublié l'injection de Mme X...

Devant mon étonnement, il me regarde tout en préparant nonchalamment le nécessaire, en me disant : -'oui, je sais, t'as rien vu ok ?'

Face à ma désapprobation il essaie disculper son acte:- 'Comment faire sinon ? l'IDE est partie et ne revient que demain matin ?'

Oui c'est cela, comment faire ?

Bon sang, chacun sa place, AS pas Direlo ni cadre. Cette question ne lui appartient pas. Ce n'est pas à lui de la régler.

Car OUI, la personne, elle, DOIT bénéficier de son traitement à heures fixes.

Merde alors, chacun son salaire. AS pas payé pour endosser pareille responsabilité ni pareille surcharge de travail (y compris émotionnelle)

L'aide-soignant peut-il faire une dextro /contrôle test glycémie ? Une injection ? Une prise de sang ? Préparation médicamenteuse ?Lavement ?...ET j'en passe...

NON = Ces actes ne figurent pas dans le référentiel d'activités / -soignant.

Ces actes, si effectués par l'AS (y compris sous délégation de l'IDE) relève de la responsabilité pénale.

Rappel / L'AS agit en collaboration de l'IDE et sous sa responsabilité, des soins de prévention, de maintien, de relation et d'éducation à la santé pour préserver et restaurer la continuité de la vie, le bien être et l'autonomie de la personne.

Rappel / L’acte qui fait l’objet d’une collaboration doit entrer dans le cadre de la qualification reconnue aux aides-soignants / voir référentiel

Distribution / Aide prise des médicaments = Rôle AS car aide aux personnes dépendantes par un soutien dans les actes de la vie courante, et ont reçu une formation dans ce domaine.

Qui est considéré comme Soignant et habilité à collaborer, apporter aide à l’IDE ?

La collaboration ne peut se faire qu’avec les personnes expressément visées à l’article R 4311-4 CSP : Aides-soignants, Auxiliaires de puériculture, Aides médico-psychologiques. Point !

Le contraire = Infraction = exercice illégal de la profession d’infirmier = punie par la loi :

L’exercice illégal de la profession d’IDE est puni de :

-3750 euros d’amende

et,

en cas de récidive,

-5 mois d’emprisonnement et 7500 euros d’amende [58] Code de la Santé publique

(Art. L. 4314-4 du Code de la Santé Publique).

L’IDE

ou

cadre de santé

qui cautionne ces pratiques = complicité d’exercice illégal de la profession d’IDE.

Raisons évoquées dans ce glissement des taches ?

(je sais que le terme 'glissement' tâches est inapproprié, mais il me plait car cela renvoie au syndrome de glissement que nous connaissons bien et qui décrit une réalité...)

-Baisser les coûts de fonctionnement (Bah voyons)

-Surcharge de travail (Ah oui, pour qui donc ?)

-Envie d'aider (mais enfin, n'a t on pas déjà mille est une tâches de trop...)

-Manque de personnel (nous n'avons pas à alimenter un système défaillant à revoir...)

-Conviction profonde d'être aussi compétent que l'IDE (soigner l'égo, avant de soigner l'autre...)

-Affects divers (?)

Rappel / Aucune défense recevable pour Actes illégaux.

Impératif pour un professionnel de :

Se respecter,

respecter sa profession,

Donner du sens

Ce glissement de tâches est ecrit noir sur blanc sur fiche de poste ?

-Affirmer VOS compétences en commençant par savoir dire NON :Affirmez qui vous êtes et si véritablement le métier d'IDE est votre idéal, retournez aux études. Assumez !

-Autrement dit, en guérissant votre sentiment de culpabilité, votre sous estime de votre métier.

Conséquences d’un glissement de tâches sur le personnel, sinon pénales, peuvent aussi être d’ordre sanitaire : Rappel / Un Centre hospitalier de H-Garonne a été jugé responsable de la lombosciatalgie d’une ASH, provoquée par un déshabillage d’une patiente. L’agent effectuait cet acte régulièrement dans le cadre d’une mission programmée par l’employeur.

Ni l’expérience, ni une formation sur le tas , n’autorisent l’AS à dépasser ses fonctions.

L'AS doit absolument refuser d’effectuer des actes ne relevant pas de ses fonctions !

Le contraire, prouve, que les soignants ne connaissent pas suffisamment la réglementation, sous estiment leur métier, alimentent un ego surdimensionné, ou sont complétement irresponsables...

Et

pourtant,

Combien j'implore que le travail soit effectué en binôme, fusse t il avec une personne non diplômée.

Je pense sincèrement qu'ASH motivé est préférable à 2 AS blasés.

Donc, OUI au binôme, non au glissement des tâches : IDE vers l'AS.

Sauf si :

-Formations complémentaires

-Salaire réévalué

-Textes re-clarifiés

-PS / Ce collègue, par ailleurs très sympathique, n'a daigné, ni se lavez les mains avant, ni mis des gants pendant, ni se laver les mains après (?)...Je l'ai suivi de A à Z...car c'était sur un temps de trans (transmissions)

Retour à l'accueil