COURS  N°8  / 2ème Partie

8-15-PATHOLOGIES TRAUMATIQUES

♢La fracture est la rupture de la continuité d'un os, elle est souvent liée à un traumatisme. Elle peut être complète ou incomplète et le trait de fracture peut être simple ou complexe. Elle peut être avec ou sans déplacement - fermée ou ouverte / risque d'infection.

♢L'entorse est une lésion traumatique ligamentaire et capsulaire (moyens de fixation passifs) d'une articulation et peut se présenter sous 2 formes :

👉Bénigne =traumatisme léger, aucun craquement, douleur passagère, simple élongation du ligament, évolution vers une guérison spontanée et rapide mais risque de récidive, douleurs en cas de mouvements forcés, repos conseillé, traitement antalgique et apport de glace sur l'articulation.

👉Grave= traumatisme violent, craquement et douleur vive, accompagnée souvent de rupture de ligaments qui peut aller jusqu'à l'arrachement osseux, plâtre pendant 5 semaines et parfois intervention chirurgicale, complications souvent rencontrées : douleurs récidivantes, entorses à répétition et apparition d'arthrose.

♢La luxation est une lésion traumatique comportant le déplacement permanent des surfaces articulaires qui perdent ainsi leurs rapports normaux. Elle se caractérise par une douleur violente et qui ne régresse pas. Elle s'accompagne d'une impotence fonctionnelle. Il existe une déformation locale importante au début puis moins visible car masquée par l'œdème.

Les complications éventuelles sont :👉Compression des vaisseaux sanguins, arrêt d'irrigation des tissus, nécrose, amputation.!!! Il y risque de récidive. Le traitement = remise en place mécanique ou chirurgicale de l'articulation.

8-16-PATHOLOGIES INFECTIEUSES

L'ostéite est une inflammation de l'os qui peut aller jusqu'à l'ostéomyélite =atteinte de la moëlle osseuse.

👉Le point de départ peut être un simple panaris ou un furoncle.

C'est aussi une des complications des fractures ouvertes.

Les douleurs sont violentes, augmentées au moindre mouvement et renforcées à la moindre pression.

Il y a une fièvre élevée et une tachycardie.

☝Le traitement est basé sur l'immobilisation et la prescription d'antibiotiques.

8-17-SEMIOLOGIE DE L'APPAREIL LOCOMOTEUR PATHOLOGIES INFECTIEUSES

-L'arthrite septique est une affection articulaire provoquée par un agent infectieux dans l'articulation.

Il y a une rougeur au niveau de l'articulation avec douleur et gonflement. Il existe une fièvre élevée.

☝Le traitement est basé sur l'immobilisation accompagnée d'antibiothérapie et ponction de l'épanchement si besoin.

- Le mal de Pott ou tuberculose osseuse touche le plus souvent la colonne vertébrale.

La douleur est rachidienne et complètement calmée en position couchée.

Il existe un léger fébricule et un amaigrissement. Il n'est pas contagieux car non diffusé dans l'air. ☝Le traitement est l'équivalent du traitement pratiqué contre la tuberculose, pendant 6 à 8 mois.

8-18-SEMIOLOGIE DE L'APPAREIL LOCOMOTEUR PATHOLOGIES RHUMATOLOGIQUES

👉-L'arthrose est une maladie dégénérative chronique non inflammatoire du cartilage articulaire. Elle aboutit souvent à la totale destruction du cartilage. Elle se caractérise par une douleur mécanique augmentant progressivement d'intensité sur plusieurs mois ou années.

C'est une douleur sourde qui irradie peu, calmée par le repos et augmentée par l'utilisation excessive de l'articulation.

☝Il n'y quasiment aucun traitement (antalgique et anti-inflammatoire).

- Le lumbago est une affection douloureuse de la région lombaire survenant brutalement après un effort. Elle est due à l'écrasement du noyau intervertébral.

La douleur est fixe et empêche le patient de se relever.

☝Le traitement consiste en un repos au lit qui diminuera la douleur et favorisera une évolution positive en quelques jours.

👉La sciatique est le symptôme fréquent correspondant aux douleurs irradiantes dans le territoire du nerf sciatique.

On retrouve souvent des antécédents de lumbago.

La sciatique est localisée au niveau L5 - S1 (entre la 5ème lombaire et la 1ère sacrée).

☝Des anti-inflammatoires et antalgiques seront prescrits avec des séances de kinésithérapie.

👉L'ostéoporose est une diminution de la masse osseuse due à une décalcification. Elle prédomine chez la femme après la ménopause. Le risque est une fragilisation osseuse avec apparition de fractures spontanées.

☝Le traitement est quasiment inexistant / apport de calcium pour diminuer les risques.

8-19-TUMEURS OSSEUSES

La tumeur osseuse la plus fréquente c'est la métastase osseuse qui a pour origine un cancer. Cancer du sein / Cancer de la prostate/ Cancer du rein /Cancer du poumon/ Cancer de la thyroïde.

👇Les douleurs sont insupportables = non calmées au repos = augmentées par la pression et s'accroit de jour en jour.

8-20-LES FRACTURES / CLASSEMENT

👉Les fractures sont répertoriées selon Le mécanisme :

---direct (après un choc - un écrasement ou par projectile (arme à feu…)

---indirect (torsion – flexion).

Selon Le trait de fracture :

---simple (transversal - oblique (spiroïdal) ---complexe (bout à bout cortical - fracas (bifocal).

Selon Le déplacement:

---baïonnette ---chevauchement --- angulation---déplacement rotatoire ou décalage.

👉Après étude de ces éléments, il pourra être envisagé un traitement ou une intervention chirurgicale pour éviter les complications.

EVOLUTION D'UNE FRACTURE : 2 étapes dans l'évolution d'une fracture

👉Formation du cale primitif (provisoire) visible par la formation de l'os au point initial de la fracture pour assurer à nouveau sa continuité et son mécanisme. L'os est non consolidé  risque de récidive.

👉Reconstruction de l'os du cale définitif qui reproduit la structure normale de l'os (plusieurs mois). !!! La calcification de l'os est plus longue en fonction de l'âge.

TRAITEMENT D'UNE FRACTURE : Afin d'empêcher l'ensemble de se mobiliser et de permettre ainsi la création du cale, on utilise plusieurs modes de contention.

👉Contention indirecte = mécanisme qui va permettre de maintenir la fracture en place (plâtre - attelle - minerve…) sans toucher l'os.

👉 Contention directe = plaque - vis - clou - fixateur externe - traction.

CAS PARTICULIERS : Traumatisme crânien. Vigilance accrue sur les risques d'effets secondaires. Consolidation de la fracture (os du crâne).

👉ROLE DE L'AIDE SOIGNANT = Laisser le patient en position de décubitus.

Mettre les ridelles de sécurité.

Diminuer l'intensité luminaire.

Surveiller les troubles de la conscience / agitation, désorientation, somnolence…

Surveiller l'apparition de vomissements.

Surveiller l'apparition de céphalées.

Surveiller l'apparition de troubles de la vue.

Surveiller l'apparition de troubles de la sensibilité ou de la motricité.

Surveiller l'apparition d'incontinence.

Surveiller les variations de température et de fréquence respiratoire.

Transmission en urgence au médecin

8-21-LES DIFFERENTS TYPES DE PLATRES et DE TRACTION DEFINITION DU PLATRE

Le plâtre consiste à maintenir une articulation afin d'assurer le maintien d'un os. On l'utilise pour contenir une fracture sans déplacement - qui a été réduite ou pour assurer la solidité d'un montage orthopédique. Il permet également la guérison d'entorse grave ou de luxation.

LES DIFFERENTS PLATRES :

Brachio antébrachial / bras - avant-bras et coude.

Pédieux / pied.

Cruro-pédieux / pied et genou.

Thoriaco-brachial / thorax et bras.

Antébrachial / avant-bras.

Crurio-jambier / jambe et cuisse.

Pelvi-pédieux / bassin - jambe et pied.

Corset / thorax.

REALISATION D'UN PLÂTRE :

Installation confortable du patient.

Nettoyer avec soin la partie à plâtrer pour ne pas mobiliser (déplacer) le membre fracturé.

Deux matières sont essentiellement utilisées .

Le plâtre plus lourd que la résine et moins résistant à l'eau mais dont le coût est plus abordable.

SURVEILLANCE D'UN PLÂTRE ROLE DE L'AIDE SOIGNANT:

On rencontre deux types de complications : vasculaires et neurologiques.

Surveiller les extrémités et plus particulièrement leur coloration (blanc ou rouge).

Surveiller la sensation de chaleur !!!Attention !!! si sensation de froid = risque de compression neurologique.

Surveiller la mobilité des extrémités et leur sensibilité.

Surveiller l'apparition de fourmillement des extrémités.

Surélévation du(des) membre(s) plâtré(s).

!!! Les complications graves, leurs signes et leur surveillance :

Phlébite sous plâtre (apparition de douleur - augmentation de la température et du pouls) surélévation du membre inférieur pour diminuer le risque de phlébite, mouvements passifs (doigts de pied…).

Infection (hyperthermie et odeur) éviter toute souillure (urine ou selles), hygiène rigoureuse.

Escarre (douleurs et odeur)

déplacement de la fracture !!! Attention à la mobilité du plâtre !!!

Les complications graves, leurs signes et leur surveillance :

Syndrome de Wolkmann = rétractation irréversible des muscles fléchisseurs des doigts et du poignet qui aboutit à une main en "griffe".

Douleurs à l'avant-bras et à la main, fourmillement et cyanose, diminution ou ablation du pouls radial, rétraction complète des muscles.

SOINS AU PATIENT PLÂTRE :

Aide à la toilette ou à la douche.

Soutien pour se vêtir et se dévêtir.

Maintenir propre le plâtre : le laver avec de l'eau savonneuse et le sécher avec un sèche cheveux. Installation du patient et du matériel en fonction de la localisation du membre plâtré.

Assistance adaptée au repas : évaluer le degré d'autonomie du patient.

Aide au déplacement.

8-22-DIFFERENTS TYPES DE TRACTION - SUSPENSION

La traction collée pour laquelle on utilise des bandes élastiques collées sur le membre pour exercer une traction. Le plâtre tirant (plus lourd d'un côté).

Traction avec broche trans-osseuse

ROLE DE L'AIDE SOIGNANT:

Ne jamais appuyer sur les poids.

Ne jamais retirer les poids.

Ne jamais changer l'axe du corps.

Surveiller que les cordes ne soient pas emmêlées et dans les poulies.

Eviter toute manipulation qui aurait pour effet de supprimer la traction.

Attention !!!! lors de la pose du bassin.

Surveillance de tout risque de complication de décubitus et de l'état général.

Mise en place d'une planche sous le matelas afin d'éviter l'inclinaison du corps.

Soins d'hygiène - de confort et d'alimentation.

Tout matériel à proximité visuelle et corporelle.

Vérification des points d'entrée des broches - fixateurs - rougeur - gonflement - écoulement…

Attention !!! Ne jamais retirer les croûtes.

Surveiller l'apparition de douleurs.

☆Et toujours , un Rôle éducatif auprès du patient sur l'attitude à tenir.

8-23-LA PROTHESE TOTALE DE HANCHE / P.T.H.

DEFINITION / La prothèse totale de hanche consiste au remplacement de l'articulation de la hanche.

INDICATIONS / Fracture du col du fémur. Toute pathologie qui entraîne une diminution de la mobilité de l'articulation et/ou des douleurs.

!!! Limitation dans la mobilité pour trois mouvements !!!La flexion = genou ramené à l'abdomen. !!!L'adduction = rapprochement du membre vers l'intérieur. !!! Rotation interne!!!

COMPLICATIONS / CONSEILS

😷La luxation =Interdiction de se croiser les jambes. Interdiction de s'accroupir. Ne pas s'asseoir dans un fauteuil bas et profond. Ne pas se mettre à quatre pattes. Eviter de se pencher en avant. Eviter l'utilisation de toilettes "à la turque". Se coucher avec un oreiller entre les jambes dans le cas d'un sommeil en position latérale.

😷L'infection = Le patient sera mis, après l'intervention, sous traitement antibiotique pour prévenir et éviter toute infection.

Prévention (soins dentaires , caries, consultation O.R.L.  angine,…).

Injection intramusculaire à effectuer du côté opposé à la prothèse de hanche = rôle infirmier

😷La phlébite =Le patient sera mis sous anti-coagulant.

L'aide soignant aura pour rôle de surveiller : surdosage , saignements au pansement, épistaxis, gingivorragie, rectorragie… et tout signe évocateur de phlébite.

☆Et Aussi éduquer / expliquer au patient :

Se laver =Position assise avant de rentrer dans la baignoire

Pivoter sur le tabouret = se placer de façon à entrer en premier la jambe opérée dans la baignoire. Tapis anti-dérapant.

Dormir = S'asseoir sur le lit et pivoter de façon à placer en premier la jambe opérée. Le patient devra être couché sur le côté non opéré. Oreiller entre les jambes dans le cas d'un sommeil en position latérale et dans le dos pour le maintenir (si besoin). Lever du côté opposé.

Se vêtir = Tenue adaptée (jogging, baskets à skracth…). Matériel pour maintenir la tenue ouverte et en longueur.

Se mobiliser = Demi-tour à petits pas.

Montée d'un escalier =jambe non opérée en premier.

Descente d'un escalier = jambe opérée en premier.

Voiture = s'asseoir puis pivoter !!! Attention !!! Autorisation du chirurgien pour conduire.

Ramasser un objet =Se tenir à un meuble, mur… du côté non opéré. Fléchir sur la jambe non opérée et élongation de la jambe opérée vers l'arrière.

-Autres… Utilisation recommandée d'un réhausseur pour les toilettes. Branchements électriques en hauteur, multiprise raccordée à la prise murale en position basse...et...et...

8-23-SEMIOLOGIE EN NEUROLOGIE DU SYSTEME NERVEUX TROUBLES DE LA MOTRICITE ET DU TONUS MUSCULAIRE

-La parésie est la diminution modérée de la force et du tonus musculaire. Elle peut aller en s'accentuant et provoquer une paralysie par la disparition du mouvement.

-Monoplégie paralysie d'un membre.

-Hémiplégie paralysie de la moitié du corps selon un axe médian (membre inférieur et supérieur). -Paraplégie paralysie des deux membres inférieurs

-Tétraplégie paralysie des quatre membres.

-Troubles du tonus musculaire (contraction du muscle)

-Hypertonie les muscles restent contractés même au repos (maladie de Parkinson).

-Hypotonie diminution de la tonicité des muscles. Ils restent mous et n'offrent pas de résistance à la mobilisation (complications de décubitus) les muscles s'atrophient.

-L'akinésie ou hypokinésie est le ralentissement excessif des mouvements volontaires et automatiques sans déficit de la force musculaire.

-L'apraxie est l'incoordination des gestes volontaires et l'impossibilité d'exécuter un mouvement alors que le membre n'est pas paralysé.

-L'agraphie qui est la perte de la faculté d'écrire.

8-24-TROUBLES DE LA SENSIBILITE

■Les signes subjectifs:

Parathésie =sensations anormales spontanées, désagréables mais non douloureuses.

Névralgie =douleur située sur le trajet d'un nerf.

Douleur= (perception et appréciation propres à chacun).

■Les signes objectifs :

Hypoesthésie =diminution de la sensibilité avec incapacité de reconnaître le toucher ou le piquer. Hyperesthésie= exagération ou augmentation de la sensibilité.

Anesthésie =disparition de la sensibilité.

TROUBLES DE LA GNOSIE : La gnosie est la faculté de reconnaître les objets par le toucher, l'ouie ou l'odorat au contraire de l'agnosie qui est la perte de ces facultés.

8-25-TROUBLES DU LANGAGE :

La dysphonie est une perturbation isolée de la voix.

La dysarthrie est le trouble de l'articulation verbale.

L'aphasie est l'impossibilité de traduire la pensée par la parole.

8-26-TROUBLES DES FONCTIONS VEGETATIVES

Hypothermie ou hyperthermie. Sudation. Difficulté de fonctionnement des sphincters. Toutes les fonctions végétatives peuvent être touchées.

8-27-TROUBLES DE LA CONSCIENCE - VIGILANCE : Le coma est la perte des fonctions de relation avec conservation de la vie végétative. Il existe plusieurs stades :

□Coma léger - vigil - obnubilation = le patient réagit aux stimulations douloureuses. Il ne répond que très peu aux question posées ou pas du tout. Le patient peut être calme ou agité.

□Coma d'intensité moyenne - léger = impossibilité de contact verbal mais persistance des réactions de défense aux stimulations douloureuses.

□Coma profond= le patient n'a plus de réactions du tout. Il reste en mydriase / dilatation de la pupille et peut avoir des difficultés respiratoires.

□Coma profond ou dépassé = perte de vie végétative  mort cérébrale.

8-28-EXAMENS EN NEUROLOGIE

ElectroEncéphaloGramme E.E.G. : enregistrement électrique de l'activité cérébrale. ElectroMyoGramme E.M.G. : enregistrement de l'activité musculaire.

Ponction Lombaire P.L. : prélèvement de liquide céphalo-rachidien L4 -L5.

8-29-LE ROLE DE L'AIDE SOIGNANT DANS LA PRISE EN CHARGE D'1 PATIENT PARAPLEGIQUE OU TETRAPLEGIQUE

Physio-pathologie = conséquences physiques de la maladie (svp. apprenez la moëlle épinière). La moelle épinière est un organe conducteur des voies motrices, sensitives du système nerveux cérébro-spinal et des fibres nerveuses du système végétatives. L'atteinte de la moelle va entraîner des troubles moteur : paralysie, troubles sensitifs et des troubles végétatifs : atteintes des organes.

Les signes si section complète

👉Perte de sensibilité complète et abolition de toute motricité volontaire. Rétention urinaire. Ralentissement du transit intestinal. Fragilisation de la peau. Trouble du rythme cardiaque. Troubles respiratoires. Atrophie musculaire.

Les signes si section incomplète

👉conservation d'une certaine sensibilité et d'une certaine motricité. Un bilan neurologique sera fait par le médecin pour évaluer l'intensité de la paralysie. Le traitement sera prescrit en fonction de la cause. Dans le cas d'un traumatisme (accident de la voie publique), la cause peut être tumorale, infectieuse.

👉Le rôle de l'aide soignant :

mobiliser le patient toutes les trois heures et changement de position installation régulière au fauteuil matériel adapté (lit et perroquet à hauteur variable) et mise à disposition de la sonnette, carafe d'eau…) utilisation de toutes les aides possibles (lève-malade…) encourager le patient pour sa rééducation et noter l'évolution sur le dossier de soins

!!!!Risque d'escarre =surveillance de l'état cutané, massage toutes les trois heures et application de Sanyrene ® aux points d'appui, changement de position, installation de matelas antiescarre

-surveiller tout signe de douleur (retour de la sensibilité)

-Risque de complications de décubitus, phlébite, sous anticoagulant

- risque de chutes (mettre les ridelles, frein au lit et au fauteuil, mettre des chaussures antidérapantes…)

Boire-surveillance du plateau (régime normal/régime hypocalorique) et du poids -surveillance de la sonde gastrique, de la perfusion…

-surveillance de risque de fausse route

-surveillance de la sonde urinaire, change du Pénilex ® tous les jours

-surveillance des selles si constipation, laxatifs

Co -utiliser l'ardoise magique, parler lentement, aller à son rythme et se mettre en face de lui

-laisser le patient exprimer ses difficultés, donner des repères

-faire preuve de compassion mais aussi de fermeté

-éviter les attitudes de surprotection.

-surveiller le comportement du patient (agressivité, déprime, angoisse, confusion…)

-encourager le patient, le valoriser

-ne pas mettre le patient en situation d'échec

8-30-PRINCIPALES PATHOLOGIES EN NEUROLOGIE ET EN NEUROCHIRURGIE

OBJECTIFS : Connaître les principales pathologies en neurologie et en neurochirurgie / les soins spécifiques pour chaque patient en faisant les liens avec le vocabulaire professionnel/Expliquer brièvement le processus de l'Accident Vasculaire Cérébral (A.V.C.) et ses conséquences / Connaître les soins dans la prise en charge d'un patient hémiplégique, tétraplégique ou paraplégique/ Comprendre l'importance de la relation avec ces patients.

AUSSI / Savoir accompagner le patient afin qu'il puisse redevenir autonome malgré son handicap. Comprendre la souffrance sexuelle d'un patient paralysé qui suivra une rééducation sexuelle. Des moyens mécaniques seront mis à sa disposition :prothèses péniennes ou application d'un traitement / Viagra ® - agences matrimoniales pour handicapés..Et, et...

8-31-SOINS EN NEUROLOGIE

La neurologie est la science qui étude les maladies du système nerveux (A.V.C. - hémiplégie…). Les traumatismes crâniens se présentent sous différentes formes :

Lésion(s) du cuir chevelu. Lésion(s) osseuse(s). Atteinte au cerveau.

Les patients qui ont subi un traumatisme crânien resteront sous observation pendant une durée minimale de 48 heures.

Dans le cas de complications (hématome extra-dural…), d'importantes céphalées et des vomissements apparaîtront = Scanner et intervention chirurgicale en urgence car le patient risque de rentrer dans un coma irréversible.

Les tumeurs cérébrales appelées "méningiomes" seront supprimées selon leur implantation.

Elles peuvent être bénignes ou malignes.

Une chimiothérapie ou une radiothérapie seront complémentaires.

SOINS EN NEUROLOGIE

Rôle de l'aide soignant :

Surveillance post-opératoire.

Surveillance en réanimation.

Il est important pour l'aide soignant de savoir si le patient peut être mobilisé.

Certains patients pourront porter une coquille - corset.

L'aide soignant devra s'informer des protocoles en vigueur dans le service.

SOINS EN NEUROCHIRURGIE

La neurochirurgie utilise des moyens chirurgicaux qui permettent de traiter les maladies du système nerveux (intervention au cerveau, moelle épinière…).

L'Accident Vasculaire Cérébral (A.V.C.) est provoqué par une occlusion vasculaire (artères ou vaisseaux) = présence d'un caillot de sang, plaque d'athérome, thrombus… L'accident vasculaire cérébral peut être également provoqué par un hématome ou une tumeur qui va comprimer les vaisseaux et empêcher l'irrigation du cerveau.

Les causes

Hypercholestérolémie.

Hypertension artérielle.

Insuffisance cardiaque.

Artérite.

Infarctus du myocarde.

Diabète.

Rôle de l'aide soignant :

Surveillance de l'état de conscience du patient.

Surveiller le comportement (somnolence, confusion…).

Surveiller l'apparition de tout signe physique (réflexe).

Surveiller le clignement des paupières (toucher, parole).

Tous ces signes seront retranscrits sur une feuille de soins spéciale ou dans le dossier de soins infirmier.

En fonction de la phase de progression du patient, il faudra également surveiller les troubles de la déglutition = risque de fausse route important : méthode de Heimlich.

Surveillance de la sonde urinaire - Pénilex ou protection.

Surveillance de la diurèse : risque infectieux et du transit intestinal : constipation (traitement par alimentation à base de fibres, laxatif).

Surveillance de l'alimentation parentérale (perfusion de G5 % - vitamines…).

Surveillance de la sonde naso-gastrique.

Surveillance du plateau repas (alimentation liquide ou semi-liquide avec eau gélifiée - complément alimentaire…).

Rôle de l'aide soignant

Surveillance des constantes (pouls, température).

Surveillance, en fonction des causes de l'accident vasculaire cérébral, des anticoagulants donnés par voie intra-veineuse ou sous-cutanée.

Repos strict au lit les premiers jours et surveillance des mollets : phlébite.

Mettre le matériel à portée de main. Matelas anti-escarre.

Surveillance de complications de décubitus (escarre…).

L'hémiplégie est la paralysie complète ou incomplète de l'hémicorps (bras droit et jambe droite ou bras gauche et jambe gauche). Elle peut être provoquée par une lésion du cerveau et peut être transitoire ou définitive.

La récupération d'un patient hémiplégique peut être partielle - complète ou nulle.

Le rôle de l'aide soignant Il est important de suivre l'évolution de la rééducation car l'aide soignant réapprend au patient les gestes de la vie quotidienne.

Travailler l'autonomie avec le patient : transfert du lit au fauteuil et vice et versa

- Ne pas oublier de vérifier la mise en place du frein du lit ou fauteuil.

-Ne pas oublier de mettre la périgotine = écharpe en jersey qui maintient le bras paralysé pour éviter une déformation de l'épaule et lui donner une balle pour maintenir ses doigts.

Le patient aura une rééducation motrice

- orthophoniste (parole) tous les jours et une rééducation manuelle 

ergothérapie (confection de matériel adapté à la pathologie du patient / couverts spéciaux, assiette antidérapante…).

-Surveiller l'évolution par rapport à son autonomie. Encourager et valoriser le patient. Il garde toute son intelligence et sa sensibilité et se sent très diminué. Il peut faire d'importantes dépressions.

😷CONCLUSION : La relation avec ces patients est primordiale et plus particulièrement chez les personnes atteintes d'aphasie

😉 Vous avez compris le rôle principal de l'AS : Aider, Surveiller, Alerter...

8-32-SOINS EN REANIMATION ROLE DE L'AIDE SOIGNANT

OBJECTIF : Savoir citer quatre pathologies nécessitant une hospitalisation en service de réanimation. Connaître le rôle de l'aide soignant en réanimation. Connaître les limites de compétence de l'aide soignant en réanimation. Citer les conditions d'accueil des familles en service de réanimation.

8-33-STRUCTURE DES SERVICES DE REANIMATION

C'est la prise en charge de patients atteints de pathologie lourde, dont l'une des fonctions vitales (respiration ou cardiaque) est menacée.

Les objectifs des soins en réanimation seront d'assurer des soins permettant de dépasser le stade critique avec l'aide de professionnels compétents et maîtrisant un équipement de haute technicité.

Organisation matérielle d'un service de réanimation

Il existe trois sortes d'organisation qui classent les patients en fonction de leur pathologie : Réanimation cardiaque.

Réanimation neurologique.

Réanimation médicale ou chirurgicale.

Et selon la capacité d'accueil de l'hôpital - un service de réanimation polyvalente (chirurgicale et médicale) toutes pathologies confondues.

Plusieurs structures…

Structure fermée une chambre - un lit.

Structure ouverte :grande pièce avec un maximum de 6 lits.

Structure mixte : plusieurs lits séparés par une cloison ou un rideau.

La chambre Impersonnelle : aucun effet personnel du patient. Vaste et peu encombrée pour une facilité d'accès. Lit au centre de la chambre et tête de lit non collée au mur (en cas d'intubation). Chariot d'urgence à proximité de la chambre du patient. L'équipement Lit électrique articulé et matelas à eau. Prises électriques murales en nombre. Prise de vide pour les aspirations. Prise d'arrivée d'oxygène. Prise d'air (pour l'aérosol sous air). Système d'aspiration (aspiration des sécrétions bronchiques). +/- bassin et pistolet (sonde urinaire pour les comateux).

Nécessaire pour la toilette  jamais de produits ouverts (savon, parfum, dentifrice…) pour éviter la propagation de microbes. Moniteur équipé de modules de pression artérielle (électrocardiogramme - oxymétrie de pouls…). Défibrillateur externe. Respirateur pour insuffler de l'air enrichi au patient  trachéotomie. Seringue(s) électrique(s). Pied à perfusion. Appareil à alimentation parentérale. Gants stériles et non stériles. Distributeur de savon et lavabo. Distributeur de solution hydro-alcoolique. Décontaminant de surface. Poubelles. Matériel d'aspiration (sondes…).

8-34-LES PRINCIPALES PATHOLOGIES

Les pathologies neurologiques

Accident Vasculaire Cérébral (A.V.C.).

Hématome Sous-Dural (H.S.D.).

Hématome Extra-Dural (H.E.D.).

Coma. Post-opératoire…

Les pathologies en pneumologie

Insuffisance Respiratoire Aiguë (I.R.A.) = asthme aigu.

Insuffisance Respiratoire Chronique (I.R.C.) = broncho-pneumopathie.

OEdème Aigu du Poumon (O.A.P.) = eau dans les alvéoles pulmonaires.

Pneumothorax.

Post-opératoire…

Les pathologies cardiologiques

Etat de choc = diminution de la tension artérielle significative importante 

Collapsus.

Hémorragies internes ou externes.

Choc anaphylactique = choc allergique accompagné d'un oedème de Quincke.

Infarctus du myocarde.

Valvulopathie = atteintes des valves du coeur.

Péricardite = inflammation du péricarde.

Désordre électrolytique = hyperkaliémie ou excès du taux de Chlorure de Potassium. Dialyse = traitement d'une hyperkaliémie sévère.

Post-opératoire…

Les pathologies digestives

Occlusion intestinale = risque de rupture de l'intestin.

Hémorragie digestive.

Pancréatite.

Cirrhose.

Post-opératoire…

Les pathologies urologiques et néphrologiques

Insuffisance rénale aiguë. Insuffisance rénale chronique.

Post-opératoire… Les pathologies obstétriques et gynécologiques

Toxémie gravidique = augmentation de la tension artérielle

- oedème

- présence de protéines dans les urines.

Eclampsie = état convulsif généralisé.

Les pathologies en oto-rhino-laryngologie

Post-opératoire

laryngectomie.

Les pathologies infectieuses

Choc septique = infection généralisée.

Méningite.

Tétanos.

Autres… Coma acido-basique. Hypothermie sévère : - 30° C. Tentative de suicide médicamenteuse; Noyade. Polytraumatisme. Brûlures.

😷FONCTIONS DE L'A.S.

L'aide soignant travaille toujours en binôme avec un infirmier.

Ils auront 4 patients à prendre en charge maximum.

Les soins d'hygiène

Toilette effectuée systématiquement en binôme.

L'aide soignant devra savoir reconnaître les différents types d'alarme : patch décollé, respirateur…

!!! L'aide soignant ne devra jamais modifier les paramètres d'alarme.

Le patient ne portera aucune tenue personnelle.

!!! Au ballonnet d'intubation lors du rasage .

Les soins de bouche - des yeux et du nez seront effectués 2 à 3 fois par jour pour éviter les risques d'infection et une déshydratation.

Un capiluve pourra être effectué s'il n'existe pas de contre-indication médicale.

Prévention des complications de décubitus

L'aide soignant surveillera le transit intestinal = risque de constipation.

Prévention d'escarre à raison de deux fois par jour au minimum avec matelas à eau ou lit fluidisé (à air).

Prévention contre les troubles trophiques : position vicieuse (oreillers sous les bras pour favoriser la circulation, cale aux pieds, traversin sous les genoux…).

Prise des paramètres : L'aide soignant effectuera la prise des constantes = température, pouls, fréquence respiratoire

- seuls la saturation en oxygène et en tension artérielle seront notés par l'aide soignant (sous la responsabilité de l'infirmier).

Diurèse et bandelette urinaire.

Décontamination du matériel (en collaboration avec l'infirmier)

Entretien de(s) la chambre(s) une fois par jour minimum.

Décontamination du matériel (laryngoscope).

Vérification du système du matériel et de son bon fonctionnement (système d'aspiration). Evacuation du matériel (bocal d'aspiration à jeter tous les jours…).

Surveillance de l'évolution de l'état de santé du(des) patient(s) 

Intérêt pour les différentes pathologies (causes, signes, effets secondaires, conséquences…). Transmissions orales et écrites à tout aide soignant du motif d'hospitalisation du patient; Transmissions orales et écrites de toute modification (coloration de la peau, comportement, clignement des paupières…).

Reconnaître les alarmes.

Gestion du matériel Vérification du linge et commande.

Vérification du matériel stérile ou à usage unique et commande.

Envoi du matériel avant stérilisation.

Préparation des chambres et décontamination.

Formation de l'aide soignant

Entretien et mise à jour des connaissances pratiques et théoriques.

Participation aux formations.

Participation à l'encadrement et à la formation des stagiaires (infirmier et aide soignant). Participation à l'encadrement du nouveau personnel soignant.

8-35-LA COMMUNICATION AVEC LES PATIENTS

Patient conscient = Visites restreintes.

-Parole, toucher, écriture, visuel…

-ne pas enlever les liens de contention de patients intubés pour se faire comprendre sans la présence d'un infirmier, d'une aide soignant pour éviter tout incident qui pourrait mettre la vie du patient en danger.

Patient inconscient = Reconnaissance de la voix

- Attention !!! aux propos échangés lors de soins, visites…

-Contact avec le patient par le toucher.

Rôle éducatif auprès des membres de la famille afin qu'ils parlent au patient.

😷L'AIDE SOIGNANT ET LES FAMILLES DES PATIENTS

👪Accueil des familles

Description minimale de la situation !!! - Aucune information de diagnostic (secret professionnel). Accompagnement de la famille.

👪Education des familles:

-Lavage des mains.

-Port de surblouse, surchaussures, charlotte…

-Pas plus de deux personnes à la fois dans un temps n'excédant pas 5 minutes.

☆☆☆ Fin cours 8

☆☆☆ Pas d'autre cours d'ici fin du mois. En Mai, je fais ce qui me plais ;o); Pas disponible.

☆☆☆ Suite des cours en Juin. Bonne révisions !

Retour à l'accueil