COURS N°10 : Soins en obstétrique et en gynécologie

Introduction : Aspirant AS, veuillez intégrer le fait qu'un Être Humain est une personne à plusieurs dimensions, et que sa prise en charge doit être globale.

L' AS doit prendre en compte les facteurs qui peuvent perturber les besoins, qu'ils soient : Biologiques, Psychologiques ou Sociologiques.

Vous avez à apprendre les définitions , et comprendre le rôle de l'Aide Soignant pour chaque cas / situation / service...

Conseil ? Recopier à la main en utilisant le pronom personnel JE. Ensuite, la révision consistera à lire; La mémorisation sera facilitée avec la notion du JE. Si un mot et /ou terme interpelle / ne pas hésiter pas à consulter un dico, et prendre des notes / Memo / synthèse perso...

Se tenir au courant car la profession évolue au rythme des lois, avancées scientifiques, besoins particuliers avec vieillissement de la population, et les pratiques changent constamment...Que dis-je, çà tangue... Bonnes Vacances !

Rappel*** Définition de la santé : La santé selon l'OMS (organisation mondiale de la santé) est un état de parfait bien être sur les plans physique, mental et social et ne consiste pas seulement à une absence de maladie ou d'infirmité. Autrement dit, le métier de soignant, ne disparaitra pas demain***

*

Cours 10 - Soins en obstétrique et en gynécologie

10-1-LA PUBERTE // DEFINITION

La puberté a lieu lors du passage de l'enfance vers l'adolescence et des modifications vont apparaître :

Morphologiques.

Physiologiques.

Psychologiques.

Cette période de vie est marquée par l'apparition de certains caractères secondaires et par l'acquisition de la capacité à procréer.

CARACTERES Communs aux 2 sexes : Augmentation de la croissance (poids et taille). Développement rapide des glandes sébacées / poussée d'acné.

Modifications psychologiques variables d'un individu à l'autre et selon le milieu socioculturel. L'angoisse de l'adolescent est engendrée à la fois par les modifications corporelles et par les questions qu'il se pose sur l'existence.

CARACTERES chez l'homme : Développement entre 9 et 15 ans / 12 ans

Augmentation du volume des testicules.

Développement de la pilosité pubienne.

Augmentation de la taille du pénis (sur une période de deux ans).

Ejaculation nocturne (vers 14 ans) appelée pollution nocturne / spermatozoïdes non fertiles. Apparition des caractères sexuels secondaires entre 14 et 17 ans / développement du tissu musculaire, élargissement des épaules par rapport au bassin, répartition de la pilosité (moustaches, jambes…), mue de la voie.

CARACTERES chez la Femme : Développement entre 8 ans ½ et 14 ans / 11 ans. Développement des seins.

Apparition de la pilosité pubienne et axillaire.

Développement des organes génitaux externes.

Apparition des premières règles vers 13 ans / cycles anovulatoires.

Apparition des caractères sexuels secondaires entre 14 et 15 ans / développement du tissu adipeux cutané, élargissement du bassin par rapport aux épaules, mue de la voie (moins prononcée que chez le garçon).

10-2-EXPLORATIONS EN GYNECOLOGIE EXPLORATIONS EN GYNECOLOGIE

OBJECTIFS : Savoir définir et argumenter les mots suivants : gynécologie, obstétrique, cœlioscopie, hystérographie, échographie. Connaître les principaux examens en gynécologie et en obstétrique. Expliquer la fonction de l'aide soignante en consultation.

CONSULTATION EN GYNECOLOGIE : L'examen est réalisé par un gynécologue qui va examiner les organes génitaux externes et internes. Recueil de données sur la patiente :

Age, situation familiale, profession, Motif de la consultation, cycle perturbé / dates des dernières menstrues, symptômes ressentis, Problèmes liés au tabac, alcool, drogue, S.I.D.A. !!! Antécédents au niveau familial (cancer du sein). !!!Traitements en cours et contraception suivie. Notions sur la sexualité de la personne. Nombre de grossesses, fausses couches, I.V.G. L'examen clinique : L'examen s'effectue sur une table gynécologique avec deux étriers. La patiente sera pesée et mesurée. Le gynécologue observera l'état cutané, la pilosité et effectuera un examen des seins (palpation).

L'examen gynécologique : Il y aura d'abord un palpé abdominal pour détecter toute anomalie puis un toucher vaginal pour explorer les parties basses des organes génitaux (vagin, col de l'utérus, la consistance et la forme). Le toucher sera effectué à l'aide d'un speculum. Le gynécologue pourra observer l'état de la muqueuse et l'éventuel présence d'un prolapsus...chute ou relâchement de l'utérus. (Il pourra éventuellement réaliser un toucher rectal).

Les prélèvements pour analyses biologiques : Analyse d'urines (glucose, albumine, acétone)/ Prescription de dosages hormonaux. Bilan sanguin (contrôle de la régularité du cycle et diagnostic d'une éventuelle stérilité) / dosages hormonaux sanguins.

Prélèvements tissulaires (ou frottis vaginaux et du col de l'utérus) : Recherche d'un cancer. Examens complémentaires : L'échographie pelvienne qui consiste en l'exploration du petit bassin / utérus et vagin à l'aide d'ultrasons, qui va visualiser tous les organes génitaux.

!!! La femme devra avoir la vessie pleine pour dégager les organes génitaux du plan osseux.

La coelioscopie est un examen pratiqué à l'aide d'un coelioscope introduit dans l'abdomen après insufflation d'un gaz pour mieux visualiser les organes et la cavité utérine.

L'hystérographie est une radiographie de la cavité utérine après l'injection d'un produit opaque par le col de l'utérus qui permet de visualiser les organes génitaux (utérus et trompes de Fallope). L'exploration des seins : La palpation des seins qui permet de déceler l'apparition d'une grosseur. Une recherche plus approfondie pourra être réalisée lors d'une mammographie.

La galactrographie qui permet de visualiser les canaux galactophores quand il existe un problème au niveau de l'écoulement du mamelon.

ROLE DE L'AS (milieu hospitalier et ou clinique ) :

1) Accueil de la patiente. 2) Analyses d'urine, pesée et mensuration. 3) Contrôler que la vessie est pleine dans le cas d'une échographie et dans le cas inverse, faire boire la patiente.4) Installer la patiente sur la table gynécologique. 5) Préparation des garnitures (essentiellement si frottis).6) Rassurer la patiente. 7) Décontaminer et stériliser le matériel après chaque utilisation et patiente. POINT BARRE : AS = PAS GYNECO!!!!

10-3-LA CONTRACEPTION / DEFINITION C'est l'ensemble des méthodes permettant une infécondité volontaire, temporaire et réversible.

LES METHODES NATURELLES : La température prise tous les matins à la même heure et à jeun  taux d'échec évalué à 50 %. La méthode Ogino qui a pour principe de connaître la date d'ovulation (14ème jour avant la fin du cycle) = taux d'échec évalué à 30 %. Le retrait. Observation de la glaire cervicale sécrétée au niveau du col de l'utérus (sèche avant l'ovulation et très abondante pendant l'ovulation avec une consistance très différente tout au long du cycle). LES METHODES CHIMIQUES : Ce sont des méthodes qui consistent à introduire dans le vagin, avant un rapport sexuel, un produit spermicide qui a comme action d'immobiliser ou de tuer les spermatozoïdes. Ils peuvent se présenter sous différentes formes… les ovules et gels… Mettre 15 minutes avant un rapport sexuel. Efficace pour un seul rapport. !!! Ne pas utiliser de savon lors de la toilette et pendant une durée de 6 h qui suit le rapport, ce qui ferait perdre toute efficacité au spermicide utilisé. Ecoulements vaginaux. Lubrification trop importante. Risque d'irritation locale. Les tampons contraceptifs, en forme de petits cylindres de mousse, imprégnés d'un produit spermicide… Introduction le plus profondément possible. Efficacité immédiate. Protection pendant 24 heures. !!! Ne pas utiliser de savon lors de la toilette tant que le tampon est en place. Laisser en place pendant deux heures, après chaque rapport, pour tuer les spermatozoïdes.

LES METHODES MECANIQUES : Le diaphragme, petit dôme en caoutchouc très fin et peu profond. Son diamètre varie de 4,5 cm à 10,5 cm = taux d'échec évalué à 50 %. Il reste réutilisable pendant deux ans . Enduire le diaphragme d'une crème spermicide des deux côtés, avant introduction et vérifier qu'il couvre bien le col de l'utérus. Il est conseillé d'appliquer un spermicide entre chaque rapport. Laisser en place 6 heures. Le stérilet, matériel stérile de 3 cm environ en plastique et composé de cuivre. Il empêche la nidation de l'oeuf dans la paroi utérine. La pose est effectuée par le gynécologue pendant les règles. Un contrôle sera réalisé aux règles suivantes afin d'éviter tout risque d'expulsion. Taux d'échec inférieur à 1 %. Son efficacité est reconnue à compter de 10 jours après la pose. Risque de règles plus abondantes, plus longues et douloureuses. Risque d'expulsion à tout moment. Le préservatif masculin : Il est conseillé d'utiliser des préservatifs lubrifiés, portant la norme N.F. Attention lors de l'ouverture. Utilisation pour un rapport unique. Le préservatif féminin : Possibilité de pose 24 heures avant un rapport sexuel. Non obligation de le retirer entre chaque rapport pour un seul et même partenaire.

LA CONTRACEPTION HORMONALE : La pilule contient deux hormones l'oestrogène et la progestérone. Son processus se décompose de la façon suivante : Elle bloque la sécrétion des hormones L.H. et F.S.H. L'ovaire ne produit plus d'ovule. Elle provoque l'atrophie de l'endomètre qui rend impossible la nidation de l'oeuf. Elle modifie la glaire cervicale qui devient impropre à la progression des spermatozoïdes.

AUTRES METHODES :

L'implant, petit bâtonnet (4 cm sur 2 cm), introduit sous la peau au niveau de la face interne du bras et mis en place pour 3 ans, sous anesthésie locale. Quelques effets indésirables… saignements génitaux, prise de poids.

Le patch sera posé sur le bas de l'abdomen ou sur les fesses pendant trois semaines et en alternance. Son coût est onéreux : 15 à 20 € pour 3 patchs et il n'est pas remboursé par la sécurité sociale.

L'injection, réalisée entre le 1er et le 5ème jour du cycle, à intervalles de 2 à 3 mois. Ce mode de contraception est principalement utilisé en psychiatrie et/ou dans certaines cultures où la contraception n'est pas acceptée. Quelques effets indésirables : aménorrhée.

Il existe aussi une contraception d'urgence essentiellement et exceptionnellement distribuée gratuitement en pharmacie pour les mineures.

10-4-LA GROSSESSE / DIAGNOSTIC DE LA GROSSESSE : C'est un état qui commence au moment de la fécondation et s'achève à l'expulsion du produit de la conception.

Quelques signes : Arrêt des menstruations. Rapport sexuel. Persistance d'une tension mammaire (plus de 15 jours). Nausées, vomissements. Fatigue, troubles du sommeil. Sensations d'envies et de dégoût. Instabilité d'humeur.

Examens complémentaires: Prise de sang pour dosage B.H.C.G. Contrôle des urines. Echographie.

ESTIMATION DE LA DATE DE LA NAISSANCE : - 40 semaines d'aménorrhée environ - A l'échelle internationale, on exprime la grossesse en semaines d'aménorrhée (S.A.), à compter du 1er jour des dernières règles. La durée normale d'une grossesse se situe entre 40 et 42 semaines.

10-5- L'ACCOUCHEMENT : C'est l'ensemble de phénomènes mécaniques et physiologiques qui aboutissent à l'expulsion du fœtus hors des voies génitales maternelles.

On considère : Jusqu'à 3 mois = embryon. Du 4ème au 9ème mois = fœtus

L'accouchement va se dérouler en trois phases : 1-La dilation 2- L'expulsion3- La délivrance. L'accouchement prématuré est un accouchement qui a lieu avant le terme de 37 semaines d'aménorrhée, comptées à partir du 1er jour des dernières règles.

DEROULEMENT DE L'ACCOUCHEMENT : Il est précédé de la perte du "bouchon" muqueux et de la rupture des membranes. Le début de l'accouchement est marqué par l'apparition des contractions utérines. Elles sont douloureuses, involontaires et modifient le col de l'utérus.

La dilatation : Les contractions utérines entraînent l'effacement du col puis sa dilatation de la mesure d'un doigt à la dilatation complète / ouverture à 10 cm. La durée de cette phase est très longue et peut varier de 6 à 10 heures pour une primipare ou moins importante pour une multipare. Dans la période préliminaire, le fœtus se positionne et commence à descendre, entraînant ainsi la diminution du volume abdominal. Sous l'action des contractions utérines, le fœtus se positionne / sa tête doit être fléchie contre sa poitrine, elle est malléable grâce aux fontanelles.

L'expulsion La tête de l'enfant descend et entre en contact avec le périnée La dilatation du col de l'utérus est complète et le périnée "bombe" / L'occiput du bébé apparaît à la vulve et disparaît sous l'action des contractions. Les efforts expulsifs en même temps que les contractions aident au dégagement et à la présentation de la tête de l'enfant. La tête de l'enfant glisse sous la symphyse pubienne et défléchit / rotation de la tête de l'enfant et membranes dégagées. Afin d'éviter des déchirures compliquées périnéales, il pourra être pratiqué une épisiotomie = incision du périnée partant de la vulve vers l'anus.

La délivrance qui consiste en l'expulsion des 'annexes'. Elle a lieu 5 à 10 minutes après l'accouchement sous l'action de nouvelles contractions utérines. Le placenta va se décoller et entraînera les membranes. L'hémorragie de la délivrance est un écoulement sanguin normal estimé approximativement à 500 ml. Après la délivrance, l'utérus se rétracte et forme un globe de sécurité qui assure l'arrêt des saignements.

SURVEILLANCE AU COURS DE L'ACCOUCHEMENT : Prise des constantes (température, tension artérielle, pouls, saturation en oxygène…).

Mise en place d'un monitoring pour contrôler - les contractions utérines, - le rythme cardiaque fœtal, - le suivi des effets de la péridurale.

!!! La péridurale est une anesthésie locale entre deux vertèbres au niveau des lombaires inférieures, qui atténue les douleurs dues aux contractions.

LA CESARIENNE: Une césarienne sera programmée avant le début du travail dans le cas d' Un accouchement impossible par voie basse (petit bassin…) : Un placenta praeria. Une présentation dystocique (par l'épaule, le siège, excès du volume fœtal…) Une procidence du cordon présence du cordon ombilical en avant du foetus avec risque de mort foetale. Un utérus cicatriciel. Une souffrance foetale chronique ou aiguë… au cours du travail dans le cas : d' Une souffrance foetale aiguë, Une stagnation de la dilatation. Le non-engagement de la présentation à la dilatation complète.

10-6- SUITES DE COUCHE : C'est la période qui s'étend de l'accouchement au retour des règles, d'une durée approximative de 2 mois, qui se décompose de la façon suivante =

Un retour à la normale des différentes fonctions de l'organisme où la femme retrouve progressivement ses formes et son poids.

L'involution utérine où l'utérus reprend son volume et son emplacement initiaux. L'involution utérine s'accompagne de pertes appelées lochies qui évoluent au cours du premier mois : -sanglantes puis séro-sanglantes et ensuite séreuses, disparaissent en 3 à 4 semaines, elles ont une odeur fade, en aucun cas fétide ( ce qui signerait une infection).

Le retour des règles vers le 2ème mois signe la reprise de la fécondité de la femme.

Le processus de la lactation.

10-7-HYGIENE DE LA GROSSESSE

OBJECTIFS : Savoir citer quelques modifications corporelles durant la grossesse. Donner 10 conseils d'hygiène de vie pour une femme enceinte. Citer les examens obligatoires en début de grossesse. Connaître la durée des congés pré et post-natals et les garanties d'emploi pour la femme enceinte.

PREPARATION A LA NAISSANCE : Afin de faciliter le développement de l'embryon et du fœtus, sans le nuire, certaines précautions sont à prendre : arrêt du tabac ou de toute autre substance nocive et une bonne hygiène de vie doivent être respectés.

Dans le cas d'une radiographie, il faudra prévenir de la grossesse. Il faudra éviter le contact avec certaines maladies / La rubéole, maladie infectieuse qui peut entraîner des malformations au fœtus. Un dépistage sera systématiquement réalisé avant le mariage et en début de grossesse. Il existe actuellement une vaccination contre la rubéole. La toxoplasmose, maladie due à un parasite, que l'on retrouve dans les griffes du chat, légumes, fruits mal lavés et/ou viandes pas assez cuites. Cette maladie peut entraîner sur le foetus des lésions oculaires et cérébrales.

10-8- DEFINITION DE LA GROSSESSE : C'est l'état de la femme enceinte qui commence par la fécondation et se termine par l'accouchement. La durée est de 9 mois. Il existe actuellement différents moyens pour préparer la grossesse et l'accouchement. Certains services préparent la femme et le couple à cet événement. Une éducation sera faite aux futurs parents sur l'anatomie physiologique de la grossesse et des différentes positions du bébé pendant 9 mois. Dans le but de maîtriser son angoisse et ses contractions pendant l'accouchement, la femme enceinte pourra bénéficier de séances de kinésithérapie respiratoire.

Différentes méthodes sont appliquées pour maîtriser la douleur (La péridurale, anesthésie rachidienne administrée localement par injection, La sophrologie, méthode de relaxation. Le yoga, la musicothérapie, l'acupuncture. L'haptonomie, utilisation du toucher pour mieux préparer la femme enceinte...) etc.

10-9- MODIFICATIONS CORPORELLES

La grossesse n'est pas une maladie. Elle peut être différente d'une grossesse à l'autre. Nausées, vomissements. Prise de poids entre 9 et 12 kilos. Le corps change de forme. Lombalgies, sciatiques Masque de grossesse / tache brunâtre sur le visage, le front, le cou. Apparition de vergetures abdominales, mammaires, sur les cuisses. Apparition de varices. Constipation. Œdème aux membres inférieurs. Somnolence dans les premiers mois. Problèmes dentaires.

HYGIENE DE VIE DE LA FEMME ENCEINTE : Avoir une bonne hygiène corporelle et dentaire. Eviter les bains et favoriser les douches surtout si le col de l'utérus est ouvert. Pas d'exposition au soleil. Hygiène vestimentaire Eviter les talons aiguilles. Adapter la taille des soutiens gorge à la nouvelle poitrine. Favoriser le port de tenues amples. Bas de contention si besoin. Sexualité  aucune contre-indication Sport Arrêt de sports violents (équitation, football, tennis…). Favoriser la natation, la marche, la gymnastique douce. Eviter les longs trajets en voiture et préférer le train. Hygiène alimentaire Ne pas manger pour deux. Repas équilibrés. Favoriser l'apport en légumes, fruits… et en eau. Eviter les excitants (café, thé, coca cola, alcool…). Favoriser l'apport en calcium (laitages), magnésium, vitamines, fer ( pour la croissance du fœtus).

Hygiène de vie courante : Conserver une activité avec temps de repos. Eviter de porter de charges trop lourdes (risque de fausses couches. Aération de l'appartement quotidienne. Automédication à proscrire. Le lait maternel est l'aliment idéal pour tous les nouveau-nés. Il est… Adapté à la physiologie du nourrisson. Digeste et n'apporte aucune substance étrangère. Adapté en qualité et quantité.

10-10-L'allaitement Maternel : Le lait maternel est l'aliment idéal pour tous les nouveau-nés. Il est Adapté à la physiologie du nourrisson. Digeste et n'apporte aucune substance étrangère.  Adapté en qualité et quantité

COMPOSITION DU LAIT DE LA FEMME : Principaux composants Eau / 87 % Glucides (principalement du lactose) / 70 g par litre Protides / 10 g par litre Agents anti-infectieux / immunoglobulines Lipides / 30 à 50 g par litre Vitamines et sels minéraux Variations dans la composition du lait / selon les phases de lactation :

De la naissance à 5 jours de vie / sécrétion du colostrum par la glande mammaire

A partir du 5ème jour / lait de transition et augmentation de glucides et lipides

3ème semaine environ / lait définitif et augmentation du taux des lipides et diminution des protéines Variations au cours de l'allaitement sur une même tétée / augmentation des lipides en fin de tétée.

-DEROULEMENT DE L'ALLAITEMENT : Les phases d'installation de lactation débutent pendant la grossesse et se poursuivent à l'accouchement avec la chute des hormones œstrogène , progestérone et plus particulièrement de la prolactine qui permet la fabrication du lait par la sécrétion de l'ocytocine qui provoque l'expulsion du lait. Ce processus est favorisé par la succion et se concrétisera par la montée laiteuse vers le 3ème - 4ème jour après l'accouchement. L'enfant qui tête active le processus de fabrication du lait.

-La mise au sein à la naissance : au mieux dans les deux heures qui suivent la naissance incitera les réflexes de fouissement, succion et déglutition du nouveau-né et favorisera : Le décollement du placenta. L'involution de l'utérus. La montée laiteuse. Le lien mère - enfant.

- La position du nouveau-né pendant la tétée : Sécurité (pour prévenir chute, étouffement…). Position confortable. Nouveau-né face à sa mère. L'enfant doit prendre toute l'aréole du sein maternel. Lèvre inférieure retroussée vers le bas. Menton collé au sein. Mouvements de succion et de déglutition visibles. Glande mammaire non comprimée.

-Le déroulement de la tétée : Lavage des mains. Hygiène quotidienne des seins. Installation adaptée (confort et sécurité). Effleurement bouche - mamelon pour provoquer l'ouverture de la bouche du nourrisson. Nettoyer les seins en fin d'allaitement. L'idéal sera de presser le sein jusqu'à l'expulsion de lait pour lubrifier le mamelon.

-Le rythme de la tétée : Pas de rythme idéal. Régulation effectuée par le nourrisson. Intervalle de 2 à 3 heures environ. Eviter le biberon de complément. La surveillance de l'allaitement Le nourrisson est rassasié. Le nourrisson a des selles et urine. Le nourrisson prend du poids. La poursuite de l'allaitement est liée à la montée laiteuse et au volume absorbé en eau.

CONTRE-INDICATIONS A L'ALLAITEMENT = Toutes les maladies cardio-vasculaires et/ou respiratoires. V.I.H. Abcès du sein. Traitements médicamenteux spécifiques. Galactosémie du nouveau-né.

SEVRAGE DU NOURRISSON ET ARRÊT DE L'ALLAITEMENT : Arrêt par voie médicamenteuse de la montée laiteuse / si pas d'allaitement. Le sevrage doit être anticipé sur une durée minimum de trois semaines. Il sera progressif et en alternance (une tétée, un biberon…).

On privilégiera le remplacement des tétées du milieu de la matinée et de l'après-midi pendant trois jours. La diminution de la montée laiteuse favorisera le remplacement de toutes les tétées sauf celle du matin et du soir.

HYGIENE AU COURS DE L'ALLAITEMENT : Hygiène corporelle quotidienne (éviter produit odorant à haute densité) sans oublier de sécher rigoureusement le mamelon. Hygiène vestimentaire par le port d'un soutien gorge adapté et protecteur du sein (froid, chocs…).

Hygiène alimentaire équilibrée, complétée par l'apport de vitamines et d'une bonne hydratation. Il est conseillé de limiter les aliments épicés, les excitants comme le café, le thé, l'alcool. Le tabac est fortement déconseillé et à 2 heures d'intervalles d'une tétée.

LES COMPLICATIONS : Les douleurs/ lésions du mamelon. Les crevasses provoquées par la déshydratation du mamelon et la diminution de sébum. L'engorgement du sein / production et stagnation du lait qui favorisent la congestion et un œdème du sein. La lymphangite qui peut évoluer vers l'infection/ le sein est douloureux, rouge et fièvre apparente. L'allaitement sera sous surveillance médicale. L'abcès du sein.

AVANTAGES : Protection contre les infections. Digestion Psycho-affectif Pratique Retour de couches plus tardif

INCONVENIENTS : Présence de la mère, Fatigue, Motivation sous pression de l'entourage, soignants…/ Intégration du père

MANIFESTATIONS PATHOLOGIQUES EN GYNECOLOGIE / TROUBLES DES REGLES : Les règles insuffisantes s'observent généralement par une augmentation du cycle et de rares règles. Augmentation du cycle quand il est supérieur à 35 jours / oligoménorrhée.

Augmentation du cycle s'il est supérieur à 3 mois / spanioménorrhée.

Cycle conservé mais diminution de l'écoulement sanguin / hypoménorrhée.

Les règles excessives représentatives d'une diminution de la durée du cycle évaluée à moins de 25 jours / pollakiménorrhée

avec des règles longues et abondantes / ménorragie. Les ménorragies regroupent… Hyperménorrhée / cycle normal avec des règles prolongées et abondantes.

Polyménorrhée / diminution de la durée du cycle avec des règles abondantes.

Les règles douloureuses ou dysménorrhées 1ères règles douloureuses / malformation utérine éventuelle. Règles avec douleurs tardives / endométriose.

Les hémorragies utérines non cycliques = Ce sont des saignements qui interviennent en dehors des règles / métrorragies. Les métrorragies sont des saignements qui ne permettent pas de distinguer les règles de la métrorragie.

Absence de règles ou aménorrhée : Aménorrhée primaire = absence des premières règles à partir de 16 ans. Aménorrhée secondaire = arrêt des règles chez une femme déjà réglée : -grossesse, -anorexie mentale, -maladie, -ménopause...

10-11- PATHOLOGIES EN GYNECOLOGIE

-Les infections génitales basses : Vulvite / infection de la vulve. Vaginite / infection du vagin. Cervicite/ infection du col de l'utérus. Ces infections provoquent des leucorrhées très odorantes et abondantes et peuvent être associées à des brûlures ou des prurits.

-Les infections génitales hautes : Endométrite / infection de l'endomètre. Salpingite / infection des trompes de Fallope. Ces infections provoquent des leucorrhées sales avec de vives douleurs à la marche et lors de rapports sexuels, elles sont accompagnées d'une fièvre de 38° C - 39° C.

-Le fibrome utérin est une pathologie fréquente qui correspond à une tumeur de la paroi utérine. Il peut être découvert lors d'un examen pathologique ou par ménorragie. Les fibromes sont asymptomatiques avant la ménopause et peuvent provoquer des hémorragies, des troubles vésicaux et rectaux.

-Le cancer de l'endomètre est un cancer qui touche la muqueuse de la cavité utérine et reste le plus fréquent des cancers gynécologiques. Il touche les femmes ménopausées entre 60 et 70 ans. Plus le diagnostic est précoce, plus le pronostic est bon. Il se manifeste dans 90 % des cas par des métrorragies et des douleurs pelviennes avec quelques fois des leucorrhées.

-Le cancer du col de l'utérus est un cancer qui touche le col de l'utérus. Il représente 10 % des décès féminins par cancer. Il atteint la femme non ménopausée entre 40 et 50 ans et survient souvent sur des lésions pré-cancéreuses, décelées lors d'un frottis cervical. Les facteurs favorisant… Vie sexuelle précoce (avant 20 ans). Nombre de partenaires sexuels. Multiparité. Tabagisme. Mauvaise hygiène génitale. Affections virales. Le kyste ovarien est pronostiqué, dans 90 % des cas, sans suite / kyste fonctionnel et seulement 10 % peuvent devenir cancéreux. L'ablation du kyste reste le seul traitement efficace.

10-12-LA MENOPAUSE : DEFINITION = C'est l'arrêt définitif des règles conséquence de la perte de l'activité ovarienne. Elle peut être précédée d'une phase de pré-ménopause qui peut durer plusieurs années.

CONSEQUENCES DE LA MENOPAUSE -Arrêt des règles. -Bouffées de chaleur / sensation de chaleur qui dure quelques minutes et des sueurs qui touchent principalement le cou, la face et le thorax. Elles surviennent de jour comme de nuit et peuvent entraîner des insomnies. -Troubles du caractère/ tendance dépressive, asthénie, irritable, baisse de la libido. Sécheresse vaginale avec involution /roulement / des petites lèvres = rapports sexuels douloureux. -Troubles cutanés -amincissement de la peau et perte de l'élasticité, -augmentation de la pilosité au-dessus de la lèvre supérieure, -diminution de la pilosité pubienne et axillaire, -chute des cheveux, - athrophie des seins (transformation en graisse). -Troubles urinaires / cystite - miction impérieuse - incontinence urinaire. Ostéoporose. -Risque cardio-vasculaire / infarctus du myocarde.

10-13- LA LEGISLATION ET MODALITES I.V.G. & I.T.G.IVG / modalités et législation / IVG et ITG

-OBJECTIFS = Interruption Volontaire de Grossesse = Connaître la date légale qui a autorisé l'Interruption Volontaire de Grossesse (I.V.G.) en France. = Connaître les conditions pour pratiquer l'I.V.G. et les démarches à accomplir. Interruption Thérapeutique de Grossesse = Connaître les conditions d'application de l'Interruption Thérapeutique de Grossesse (I.T.G.)

-INTRODUCTION : La mortalité et la morbidité maternelle étaient autrefois très importantes en raison d'avortements clandestins / "faiseuse d'ange" ou auto-avortement.

Depuis que la législation a autorisé et médicalisé l'Interruption Volontaire de Grossesse avant 14 semaines d'aménorrhée, on recense une diminution des complications. Les techniques médicales sont plus performantes et moins agressives. Avant cette loi, les femmes se rendaient en Grande Bretagne, Suisse et Belgique pour se faire avorter.

-REGLEMENTATION : Grâce à Simone Veil, l'Interruption Volontaire de Grossesse a été légalisée, sous certaines conditions, le 17 janvier 1975 et fut applicable en Décembre 1979. Elle est autorisée pour une femme qui s'estime en état de détresse / c'est la libre interprétation de la femme"

-LES CONDITIONS : Une semaine de réflexion est accordée à la femme enceinte avant de pratiquer l'Interruption Volontaire de Grossesse. Présentation d'une demande d'Interruption Volontaire de Grossesse auprès d'un médecin de son choix. Certains médecins peuvent refuser pour des raisons éthiques. L'Interruption Volontaire de Grossesse devra être pratiquée avant la fin de la 14ème semaine de grossesse. Une patiente d'un pays étranger peut également en bénéficier. Le médecin doit exercé dans un établissement privé ou public agréé. Dans les établissements privés, les Interruptions Volontaires de Grossesse ne doivent pas dépasser ¼ des actes chirurgicaux. Les jeunes mineures peuvent consentir seules à la pratique d'une Interruption Volontaire de Grossesse / sans autorisation parentale. Elles doivent obligatoirement être accompagnées d'un adulte de leur choix qui les soutiendront dans toutes ces démarches.

-LES DEMARCHES : Une première consultation au cours de laquelle la femme enceinte recevra toutes les informations sur les risques encourus. Un dossier guide qui comprend toutes les aides auxquelles la femme a droit et les centres de pratique de l'Interruption Volontaire de Grossesse lui sera remis. Une attestation médicale, comportant les informations et risques encourus, devra être validée par la femme qui souhaite faire pratiquer une Interruption Volontaire de Grossesse. Une semaine de réflexion lui sera accordée, après consultation avec psychologue et assistante sociale, pour réflexion sur les conséquences relatives à sa décision d'avorter. Une demande écrite d'Interruption Volontaire de Grossesse sera validée par la patiente et remise au médecin qui pratiquera l'intervention.

-LES METHODES PRATIQUEES :

La méthode médicamenteuse ou pilule abortive "R.U. 486" (Révision Utérine) C'est une technique utilisée pour bloquer l'action de la progestérone, hormone nécessaire au maintien de la grossesse, qui va entraîner des contractions de l'utérus jusqu'à l'expulsion de l'oeuf. 96 % de réussite Elle s'effectuera sans anesthésie - ni intervention et sera pratiquée 7 semaines après le début des dernières règles. La femme aura des saignements importants pendant 8 à 10 jours accompagnés de douleurs importantes. 1er jour : prise de 3 médicaments en présence du médecin. 48 heures après : seconde prise d'un médicament, en présence du médecin, par voie orale ou ovule. Les saignements et contractions apparaîtront jusqu'à l'expulsion de l'oeuf dans les heures suivantes. 10 jours après : consultation de contrôle de l'arrêt de la grossesse. Les contre-indications… Tabac chez une femme de plus de 35 ans. Diabète Insulino Dépendant. Affections cardio-vasculaires. Hypertension artérielle.

La méthode par aspiration endo-utérine sera pratiquée entre et 14 semaines d'aménorrhée et sous anesthésie locale ou générale. Le col de l'utérus sera dilaté par l'injection, sous perfusion, d'hormones et suivie de l'aspiration l'aide d'une canule. La femme sera sous antibiotique et de Méthergin / hormone qui rétracte l'utérus. Une consultation de contrôle sera réalisée 15 jours après. Les complications… Perforation du col de l'utérus et parfois de l'intestin. Hémorragie. Un décès pour 100 000 cas.

-L'INTERRUPTION THERAPEUTIQUE DE GROSSESSE (I.T.G.) : Une Interruption Thérapeutique de Grossesse (I.T.G.) sera pratiquée… Si malformation(s) du foetus ou de non viabilité, diagnostiqués à l'échographie qui sera complétée par un caryotype à l'amniocentèse déterminée par un généticien à la lecture de cet examen. Une information sera réalisée auprès des futurs parents / Trisomie 18 ou 21 - hydrocéphale. Un nouveau caryotype sera effectué, de façon préventive pour les générations à venir., sur tous les membres de la famille avec leur consentement.

L' Interruption Thérapeutique de Grossesse n'est pas obligatoire. Après 28 semaines d'aménorrhée, un déclaration sera effectuée auprès de l'Etat Civil et l'enfant pourra être enregistré sur le livret de famille. C'est une situation douloureuse pour les parents qui ont un sentiment de culpabilité très important. Ils s eront accueillis dans un climat de confiance et l'équipe médicale leur fourniront toutes les informations sur les différentes étapes et méthodes de cette intervention.

-L'ACCOUCHEMENT SOUS X ABANDON ET ADOPTION : L'accouchement sous X est légalisé depuis le 2 septembre 1941. Il permet aux femmes qui le désirent, d'accoucher en demandant le secret de leur identité. Elle n'a pas à se justifier et peut donner un prénom à l'enfant. Les modalités ont été réactualisées en 1993. 700 naissances par an L'accouchement sous X est accepté pour éviter les accouchements cachés ou infanticides. Les frais d'hospitalisation sont pris en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance. L'enfant est adoptable tout de suite et accueilli dans une pouponnière. L'anonymat est définitif et évolue vers le secret partagé pour permettre de déclencher une enquête pour accéder à ses origines personnelles. Une enveloppe sera scellée et mise au coffre de l'hôpital pour être envoyé dans un autre organisme.

-L'ACCOUCHEMENT AVEC RECONNAISSANCE DE L'ENFANT : La filiation est reconnue mais non établie. L'enfant est considéré comme Pupille de l'Etat. Un procès verbal sera établi et validé après entretien avec la mère et les organismes sociaux. La mère aura 3 mois pour se rétracter. Le délai dépassé, l'enfant pourra être adopté.

-L'ADOPTION Les conditions pour adopter / Constitution d'un dossier de demande fourni par la D.D.A.S.S. avec tous les documents d'Etat Civil. Certificats médicaux des parents adoptifs. Evaluation psychologique lors d'entretiens en présence d'un psychologue. Enquête sociale à domicile  observation des conditions de vie - par une assistante sociale. Casier judiciaire et acte de mariage. Le dossier ainsi constitué sera complété par une demande écrite des futurs parents. La D.D.A.S.S. pourra accepter ou rejeter le dossier - un agrément d'adoption sera délivré. Les futurs parents pourront adopter un enfant français ou seront orientés vers des associations spécialisées pour adopter des enfants provenant de pays étrangers (Amérique du Sud, Madagascar, Vietnam, Cambodge, Laos, pays de l'Europe de l'Est…). De nouvelles lois sont à venir pour faciliter l'adoption d'enfants étrangers.

10-14- LES M.S.T. ou I.S.T LE S.I.D.A. : OBJECTIFS pour l'AS = Donner la définition des M.S.T. / Maladies Sexuellement Transmissibles ou I.S.T. = Infections Sexuellement Transmissibles. = Citer deux I.S.T. d'origine bactérienne ou virale. = Savoir expliquer les modes de transmission. = Donner différents modes de prévention.

INTRODUCTION Engager son corps dans une relation sexuelle est important car cela peut entraîner des conséquences sur soi et/ou sur les autres.

Les I.S.T. sont contagieuses et contractées pendant des contacts sexuels NON PROTEGES ou non sexuels (transfusion sanguine, Accident par Exposition au Sang chez les Professionnels de Santé, les échanges de seringues chez les toxicomanes, rapport mère - enfant pendant la grossesse). Elles sont détectées généralement au niveau de l'appareil génital féminin et/ou masculin. Elles peuvent entraîner une stérilité et/ou un cancer. Des démangeaisons, des irritations ou/et des écoulements anormaux accompagnés de douleurs peuvent être les signes précurseurs de ces infections.

EPIDEMIOLOGIE : Au niveau mondial = + 333 000 000 cas d'Infections Sexuellement Transmissibles

On recense actuellement 50 000 cas de blennorragie et 10 000 personnes atteintes de la syphilis en France. Depuis 1968, il est à noter une augmentation de l'herpès génital, due à la libération sexuelle et l'apparition de la pilule. DIFFERENTS I.S.T. OU M.S.T. Les I.S.T. d'origine bactérienne -Blennorragie ou gonococcie : provoquée par le Gonocoque. La syphilis. Le chancre mou. La maladie Fabre : provoquée par le Chlamydia. Les I.S.T. d'origine virale S.I.D.A. (H.I.V.). Hépatites B et C. Infection Papillonavirus. Les I.S.T. provoquées par les champignons : Candidose (Candida Albican).

LES MODES DE TRANSMISSION : Lors de contacts sexuels : un seul rapport suffit.

Dans le cas du S.I.D.A. ou de l'hépatite : la contagion se fait par le sang.

Pendant la grossesse ou l'accouchement. La syphilis, l'herpès, le virus du S.I.D.A., le Chlamydia peuvent être transmis pendant la grossesse et l'accouchement au foetus/enfant. Les conséquences peuvent graves pour l'enfant.

LA PREVENTION / Protection, education, information Prévention primaire Déclaration obligatoire des maladies  anonymat respecté. Obligation de traitement pour les malades. Information auprès du ou des partenaires. Campagnes d'information. Protection par l'usage de préservatifs distribués dans certains lieux publics (discothèques, métro…). Prévention secondaire Dépistage lors des examens prénuptiaux et prénataux. Dépistage pour les professionnels de la Santé : Accident par Exposition au sang. Dépistage lors de transfusion sanguine ou de greffe. Dépistage lors d'un don du sang.

LES TRAITEMENTS : Les traitements reposent essentiellement sur… Les antibiotiques : bactéries. Les antifongiques : champignons. Antivirus : virus. Il est indispensable de traiter en même temps le ou les partenaire(s) et d'utiliser les préservatifs.

LE S.I.D.A. Le sida /// OBJECTIFS = Définir les abréviations : --S.I.D.A. et -- V.I.H. --Citer 4 modes de transmission. --Citer 4 situations à risque.-- Connaître les différents moyens préventifs.

INTRODUCTION : Vingt après le début de l'épidémie, le virus du S.I.D.A. continue de se propager et de tuer. Il n'effraie plus à cause de l'apparition de la trithérapie en 1996. Les pratiques de prévention se relâchent et la vente des préservatifs à diminuer.

HISTORIQUE ET EVOLUTION : Le virus a été découvert en 1981 aux Etats Unis à Los Angeles dans la communauté homosexuelle et identifiée en France par l'équipe du Docteur Luc Montagnier en 1983. C'est une maladie due à la destruction progressive du système immunitaire par le virus V.I.H./ les cellules appartenant aux globules appelées "T4" sont les principales cibles du V.I.H. Les défenses immunitaires du malade vont chuter et des infections opportunistes vont apparaître. La maladie peut évoluer sur plusieurs années.

TERMINOLOGIE S.I.D.A. : Syndrome d'Immuno Déficience Acquise. V.I.H. : Virus de l'Immuno Déficience Humaine. A.I.D.S. : Acquired Immuno Deficiency Syndrom.

EPIDEMIOLOGIE 2001 : 35 millions de cas recensés au niveau mondial 2003 : 38 millions Depuis 1981 : 23 millions de personnes décédées depuis 1981 dont 3 millions en 2003. .

LES GROUPES A RISQUE Toxicomanes. Transfusés sanguins. Homosexuels. Hétérosexuels. Les professionnels de la santé.

TRANSMISSION DU VIRUS C'est un virus très fragile dès qu'il se trouve en dehors de l'organisme. Il est aussi très sensible à la chaleur. On le retrouve dans le sang, le sperme, les sécrétions vaginales. Le virus est inoffensif dans la sueur, la salive, l'urine et les selles  trop faible quantité. Les quatre modes de transmissions du S.I.D.A. Transmission sexuelle. Transfusion sanguine ou par injection. Transmission mère - enfant : foetus et placenta

EVOLUTION DE LA MALADIE Le S.I.D.A. évolue sur différentes phases. Contamination. Déclaration de la maladie. -!!!Faire la différence entre séropositif et malade atteint de pathologies liées au virus du S.I.D.A. - Les maladies vont apparaître… La pneumocystose : pneumonie. Le sarcome de Kaposi : prolifération de cellules malignes sur les muqueuses ou les organes avec apparition de taches violacées sur la peau. Tuberculose pulmonaire. Amaigrissement très important. Encéphalopathie (délire…).

TRAITEMENT ET ROLE DE L'AIDE SOIGNANT

Prévention : utilisation de préservatifs et précautions à prendre avec le(s) partenaire(s). Dépistage. Utilisation de seringues stériles en vente libre en pharmacie. Port de gants obligatoire dans certains services. Précautions lors de manipulation d'aiguilles (collecteur d'aiguilles). Traitement curatif Le patient aura une trithérapie ou quadrithérapie : antirétroviraux, complétée généralement par la prise d'antibiotiques, pour prévenir des infections. Ces traitements retardent les complications liées au S.I.D.A. et prolongent la durée de vie. Les effets secondaires… céphalées, nausées, vomissements, asthénie importante. L'aide soignant doit respecter les protocoles d'isolement et critères associés (utilisation de l'eau de Javel…). Des recherches sont en cours par plusieurs laboratoires avec pour principal objectif trouver le vaccin

10-15-LES PATHOLOGIES ADDICTIVES les pathologies addictives

-DEFINITION : L'addiction est l'impossibilité répétée de contrôler un comportement de consommation de substances et la poursuite de ce comportement en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives.

GENERALITES ET DIFFERENTS PRODUITS : 3 types de comportements…

- L'usage : C'est la consommation d'un produit psychoactif qui n'entraînera aucun trouble de santé ou de comportement.

-L'usage nocif : C'est la consommation non mesurée de substances psychoactives qui entraînent des complications / l'absorption importante d'alcool peut provoquer des accidents de la route, des violences verbales ou/et physiques, troubles du comportement…

-La dépendance physique ou/et psychique: La consommation de produits psychoactifs peut provoquer une dépendance psychique qui se manifestera par une tension interne, une anxiété, des malaises avant leur consommation. Cette dépendance pourra entraîner des troubles psychiques importants / dépression. Il y a dépendance physique lorsque l'organisme réclame le produit à travers des symptômes physiques qui traduisent l'état de manque  sueur, tremblements, douleurs physiques, Delirium Tremens. Le tabac est le produit le plus dangereux car il provoque une dépendance physique et psychique et à court terme.

Notions de dépendance à l'alcool Chez l'adulte :

-- à compter de 18 mois.

--Chez l'adolescent : à compter du 9ème mois.

--Polyconsommation : usage de différents produits en même temps (alcool, drogue, tabac, médicaments).

QUESTIONS FACE A UN USAGER DE PRODUITS PSYCHO-ACTIFS ? Quels sont les produits consommés ? A quel rythme : rare - fréquent - régulier ? Quantité consommée ? Dans quelles circonstances le sujet est-il amené à consommer ces produits ? Conséquences ? Dommages ? Pourquoi ? -un amusement de temps à autre -faire comme les autres -estime que c'est indispensable à son bien être.

POURQUOI DEVIENT-ON DEPENDANT ? Ces substances pyschoactives agissent sur un circuit du cerveau dont la fonction est de favoriser les fonctions vitales impliquées dans la récompense des comportements liés à la nutrition et à la reproduction de l'espèce. Notion de plaisir -

L'ALCOOL / Les effets à court terme :

-La phase d'excitation = taux d'alcoolémie inférieure à 0,7 gramme par litre.

-La phase d'ébriété = taux compris entre 0,7 gramme et 2 grammes par litre.

-La phase d'endormissement = taux supérieur à 2 grammes par litre.

L'ivresse est associée à 65 % d'incendies, de brûlures. 50 % d'homicides. 40 % des décès de la circulation. 40 % de chutes. 35 % d'accidents non mortels. Risques d'accident de la route ou de la vie courante 3 fois plus de risques 10 fois plus de risques La consommation d'alcool favorise les comportements agressifs , 50 à 60 % des actes criminels et augmente le risque de rapport(s) sexuel (s) non protégé(s).

L'ALCOOLISME CHRONIQUE : Consommation quotidienne en quantité importante  supérieure à 3 verres d'alcool par jour.

-Tremblements matinaux.

- Sueur, diarrhée, nausée, irritabilité. Risques en cas d'un arrêt brutal, dans le cas d'une consommation sur plus de 10 ans

Pré Delirium/Tremens (hallucinations, tremblements, augmentation de la température).

-Crise d'épilepsie.

-Delirium Tremens, coma décès.

Hallucinose = c'est le fait de voir des choses que le sujet va tenter d'attraper.

!!!!Risques de l'alcoolisme chronique!!!

-Syndrome de Korsakoff (troubles de la mémoire, démence…).

-Cirrhose du foie.

-Cancers.

-Problèmes cardio-vasculaires.

L'alcool empêche les vitamines B1 - B6 et B12 de se fixer aux cellules nerveuses, qui ralentissent l'effet destructeur de l'alcool.

-LE TRAITEMENT DE L'ALCOOLISME !!!

-Evaluer le degré de motivation du sujet

- Sevrage physique au produit ou cure de désintoxication : 7 à 15 jours

-Sevrage psychique (psychothérapie, antidépresseurs) : à long terme et sans rechute

-LE CANNABIS & AUTRES SUBSTANCES : L'herbe (marijuana) Feuilles, tiges et sommités fleuries, simplement séchées. Elle se fume généralement mélangée à du tabac, roulée en cigarette souvent de forme conique (le joint, le pétard, le stick...).

Le hashish (shit) Résine obtenue à partir des sommités fleuries de la plante. Elle se présente sous la forme de plaques compressées, barrettes de couleur verte, brune ou jaune selon les régions de production et se fume généralement mélangée à du tabac : "le joint". Le haschich est fréquemment coupé avec d'autres substances plus ou moins toxiques...

Les effets de la consommation de cannabis sont variables : légère euphorie, accompagnée d'un sentiment d'apaisement et d'une envie spontanée de rire, légère somnolence. Les usagers de tous âges consomment généralement pour le plaisir et la détente. Pas de dépendance physique. Dépendance psychique (diminution de l'activité intellectuelle, de la concentration, de mémoire..). Des doses fortes entraînent rapidement des difficultés à accomplir une tâche, perturbent la perception du temps, la perception visuelle et la mémoire immédiate, et provoquent une léthargie.

!!! AUTRES SUBSTANCES = Il convient d'actualiser vos connaissances car des substances nouvelles sont apparues!!!.

L'ecstasy fait partie d'une nouvelle série de substances apparues avec l'évolution de la chimie. L'ecstasy provoque tout d'abord une légère anxiété, une augmentation de la tension artérielle, une accélération du rythme cardiaque et la contraction des muscles de la mâchoire ; la peau devient moite, la bouche sèche. Suit une légère euphorie, une sensation de bien-être et de plaisir. Elle s'accompagne d'une relaxation, d'une exacerbation des sens et d'une impression de comprendre et d'accepter les autres.

L'héroïne est un opiacé puissant, obtenu à partir de la morphine. Les opiacés sont des substances naturelles contenues dans le latex (opium) recueilli sur une plante, le pavot. La prise d'héroïne par voie d'injection (seringue) peut entraîner la contamination par le virus du S.I.D.A.

Le crack est un mélange de cocaïne, de bicarbonate de soude et d'ammoniaque présenté sous forme de petits cailloux. L'usager en inhale la fumée après les avoir chauffés. Cette opération provoque des craquements, origine de son nom. Ce mode de consommation provoque des effets plus intenses que ceux de la cocaïne : le produit arrive plus rapidement au cerveau, la durée de son effet est plus brève. L'usage régulier de crack peut provoquer des hallucinations et entraîner des comportements violents, des épisodes paranoïdes, des états suicidaires.

LE SEVRAGE

Sevrage entrepris sous l'encadrement et la responsabilité d'un médecin, dans le respect des lois en vigueur. Sevrage à base de Méthadone (sirop) ® ou de Subutex (comprimé) ®  produits de substitution. Sevrage psychique à plus long terme.

!!!Fin cours N° 10!!!

Retour à l'accueil