La vieillesse ne pardonne pas...L'acceptation a du bon.
La vieillesse ne pardonne pas...L'acceptation a du bon.
La vieillesse ne pardonne pas...L'acceptation a du bon.

La vieillesse ne pardonne pas...L'acceptation a du bon.

Formation AIDE SOIGNANT COURS N° 11

📚 Formation AS : Pour chaque situation VOUS devez comprendre / Connaître vôtre positionnement et actions à mener. C le cas ? Alors C gagné !

Module 11

PHYSIOPATHOLOGIE DU VIEILLISSEMENT

OBJECTIFS (à vos dicos)

Pouvoir donner la définition des mots suivants : gériatrie, gériatre, gérontologie, gérontologue, vieillissement, gérontopsychiatrie, sénescence, sénilité.

Connaître ( schémas ... tableaux ) les conséquences du vieillissement sur les différents organes.

Donner les moyens de prévention possible relevant de la fonction de l'aide soignant pour ralentir ou éviter les conséquences du vieillissement.

11.1. LE VIEILLISSEMENT et SES CONSEQUENCES

Le vieillissement est du à l'action du temps sur les êtres vivants. Le phénomène biologique est inscrit dans le code génétique.

👉Topo / Moins d'épidémies, progrès de la médecine, meilleure hygiène de vie, meilleure alimentation, moins de conflits=Espérance de vie 95 ans (au moins 😇).

En1997 =11 848 000 personnes de plus de 60 ans.

L'espérance de vie en 1980 est de 70 ans pour un homme 78 ans pour une femme.

En 2004 : 78 ans pour un homme et 87 ans pour une femme.

😯OR, En 1800, on ne recensait aucun centenaire (par contre à 50 ans, leur apparence en faisait 100😉)SERIEUX : TANDIS qu'en 1960, on en comptabilisait 370 😊Et en 1990 : 3 850

Travail personnel = Actualiser // 2015 l'âge de vie recule pour la 1ère fois en France ( intéressant, non ? )

👉Les conséquences de santé publique sur l'aspect démographique

Augmentation de la pyramide des âges.

Isolement social.

Pouvoir d'achat supplémentaire.

Les conséquences sociologiques et économiques

Augmentation des retraites.

Augmentation des prestations "dépendance".

Augmentation des difficultés pour les familles d'une prise en charge financière.

👉La personne âgée participe de plus en plus à la vie sociale et familiale : Voyages, clubs du 3ème âge, associations…

11.2.MODES DE VIEILLISSEMENT

Il existe un vieillissement commun, dit normal, avec une régression progressive des capacités fonctionnelles

et un vieillissement pathologique qui va aggraver le processus par des maladies ou un handicap.

QU'EST-CE QU'UNE PERSONNE AGEE ? C'est une personne qui n'a plus d'activité rémunérée ou âgée de + de 65 ans.

On distingue deux groupes : Le 3ème âge : de 65 à 75 ans et le 4ème âge : à compter de 75 ans.

11.3. LES BESOINS RELATIFS AU VIEILLISSEMENT

  • Respirer : Les poumons perdent leur élasticité au niveau des tissus ce qui entraîne une diminution du volume respiratoire et des échanges gazeux. La toux devient moins efficace et augmente le risque d'encombrement / risque d'infection.

Rôle de l'aide soignant : Position demi-assise=Aération le plus souvent possible de la chambre. Surveillance du faciès et de la respiration. Mettre à disposition, si besoin, d'un crachoir.

  • Boire et manger : La personne âgée rencontrera des difficultés au moment des repas si sa dentition est mal entretenue ou inadaptée. Diminution de la salive, mastication plus lente. Diminution du goût et de l'odorat: la personne âgée va augmenter sa consommation de sel et de sucre. La sensation de soif diminue avec l'âge. Les fausses routes fréquentes, provoquées par des spasmes de l'œsophage / risque d'asphyxie, provoqueront une appréhension pour la personne âgée dans son besoin de s'alimenter. Digestion plus lente aussi, en raison du péristaltisme intestinal / risque de constipation.

Rôle de l'aide soignant : Vérifier l'état de l'appareil dentaire. Contrôler l'hygiène et l'équilibre alimentaire. Rendre les repas conviviaux. Surveillance de dysphagie ou de fausses routes. Inciter à boire pour éviter la déshydratation.

  • Se mouvoir : Le squelette devient plus fragile, les muscles diminuent de volume et les articulations sont moins souples. L'équilibre de la personne âgée devient précaire, les pas vont se raccourcir et le tronc sera courbé. La marche sera ralentie et difficile. La personne âgée se fatiguera d'autant plus car elle devra se concentrer davantage. L'os va se fragiliser / risque de chutes…ostéoporose.
  • Rôle de l'aide soignant : Adapter chaussons et chaussures. Favoriser la marche et les activités physiques. Travailler sur l'autonomie. Proposer à la personne âgée de participer aux activités sportives.
  • Etre propre et soigné : La peau est plus fragile et moins souple. Apparition de rides plus profondes et de taches marron. Pilosité au menton du au changement hormonal. Ongles fragilisés, striés et épais. La peau est plus sensible aux infections / mycoses. Risque d'escarre plus important. L'image corporelle est difficile à accepter et entraîne une diminution de l'estime de soi. La personne âgée peut se négliger et déprimer. Elle aura besoin d'être encouragée et stimulée.

Rôle de l'aide soignant : S'adapter au rythme de la personne âgée. Maintenir son autonomie pour la toilette en surveillant toujours l'état cutané. Ne pas oublier le soin des ongles et/ou de faire appel à un pédicure. Ne pas oublier le soin de bouche - dents et de la chevelure. Certaines personnes âgées se maquillent, parfument…

  • Maintenir sa température corporelle : Le métabolisme de la température est ralenti et entraîne des troubles de la température corporelle qui diminue. La peau est amincie ; il y aura une déperdition calorique et la personne deviendra plus frileuse. On recense plus de décès dans les périodes de grande chaleur ou de grand froid. Le système immunitaire est affaibli/ le risque infectieux augmente.

Rôle de l'aide soignant : Lui faire choisir ses vêtements. Adapter sa tenue à la température extérieure. Surveiller, si besoin, sa température corporelle. Eviter les courants d'air.

  • Communiquer avec ses semblables : Le vieillissement aura des répercutions sur la vue, l'ouie. La parole pourra être perturbée à cause de la mémoire ou de troubles psychologiques. Le visage de la personne âgée sera moins expressif. Elle aura des difficultés à suivre une conversation car cela lui demandera plus de concentration pour s'exprimer. Elle va se décourager et se replier sur elle-même.

En matière de sexualité… la libido reste la même… hommes et femmes confondus…

Après la ménopause, on constate l'assèchement des muqueuses vaginales chez la majorité des femme qui gardent toute la sensibilité.

Les changements hormonaux chez l'homme sont plus lents (andropause) / les testicules s'atrophient et l'érection est plus lente ; il faut plus de stimulation. La lubrification peut disparaître, les spermatozoïdes s'amenuisent mais le plaisir reste présent.

Rôle de l'aide soignant : Parler lentement. Lui mettre son appareil auditif (si besoin). Ne pas crier. Observer son comportement qui peut se dégrader dans certaines situations /Alzheimer, Parkinson, démence… Donner des repères spatiaux temporels. Favoriser la relation avec les autres résidents.

  • Dormir et se reposer : Le sommeil devient plus léger la nuit. Les réveils nocturnes sont plus fréquents. Besoin de sieste plus important.

Rôle de l'aide soignant : Proposer une tisane. Installer le/la patient(e) confortablement. Mise à disposition de la sonnette. Ridelles de sécurité dans certaines conditions.

  • Apprendre :Troubles de la mémoire. La personne ne veut plus ou ne peut plus apprendre. Capacités d'apprentissage limitées.

Rôle de l'aide soignant : Travail quotidien sur l'autonomie gestes usuels… Maintenir le niveau de connaissances par des ateliers, jeux faisant appel à la mémoire, apport de revues, journaux…

  • Eviter les dangers : La personne âgée ressent une grande insécurité. Les organes des sens et la concentration sont diminués. La personne âgée est plus influençable. 👉👉👉Risques de chute ou/et de brûlure plus importants. Troubles de la mémoire. Syndrome de glissement / la personne âgée déprime (ne mange plus, ne se lave plus…) pouvant aller jusqu'à la tentative de suicide.

Rôle de l'aide soignant : Prévenir tout risque de chute. Observer régulièrement le comportement de la personne âgée (physique et psychologique). Mettre les ridelles de sécurité si besoin.

  • Se récréer, s'occuper en vue de se réaliser . Agir selon ses croyances, ses valeurs Les difficultés physiques mentales de la personne âgée de toutes religions peuvent entraîner des frustrations. Des offices religieux sont, de plus en plus, organisés dans les structures.

Rôle de l'aide soignant : Favoriser des temps religieux à la demande du patient. Respecter le choix du menu lors des repas.

  • Eliminer / Perturbations de l'intestin, des reins et des sphincters liés au vieillissement. Les glomérules vont se scléroser et empêcher l'élimination des déchets urinaires. Les sphincters sont moins élastiques et se contractent moins - l'envie d'uriner sera retardée incontinence urinaire et fécale ponctuelle/partielle ou totale. Risque de constipation / fécalome / occlusion  péritonite (plus fréquent que l'on ne croit).

Le rôle de l'aide soignant : Ne pas culpabiliser la personne âgée d'être souillée. Lui proposer le bassin, les toilettes régulièrement - l'encourager et ne pas la dévaloriser. Mise à disposition à proximité du déambulateur. Lui donner des repères. Change complet ou protection si besoin. Régime alimentaire à surveiller / apport de fibres et une hydratation plus importante. Faire marcher. Surveiller le transit intestinal (quantité, aspect, fréquence). Transmissions orales et écrites.

11.3.L'INCONTINENCE URINAIRE (lire mon autre article sur ce blog )

LES OBJECTIFS

Connaître les causes réversibles et irréversibles. Savoir expliquer le rôle de l'aide soignant lors de la rééducation de la personne âgée. Connaître les actions de l'aide soignant mises en place pour aider la personne âgée à contrôler ses mictions.

DEFINITION et CAUSES

L'incontinence urinaire est l'impossibilité pour la vessie de contenir l'urine. La vessie se vide au fur et à mesure de son remplissage. Le besoin d'uriner n'est plus perçu suite à un relâchement des sphincters. L'incontinence urinaire est la principale perturbation de l'élimination chez la personne âgée (12 % chez la femme et 7 % chez l'homme )

Certaines incontinences sont réversibles ; elles doivent être reconnues et traitées.

👉Les causes réversibles : Peur de déranger. Gêne, pudeur. Une mauvaise hydratation perturbe le système physiologique. Douleurs à la miction = signe d'une infection urinaire. Difficulté de déplacement. Environnement inadapté. Traitement diurétique.

👉Les causes irréversibles : Maladie d'Alzheimer. Démence. Séquelles chirurgicales : neurologiques. Diminution progressive du fonctionnement des sphincters avec prolapsus. Certaines maladies neurologiques : paraplégie…

LA PERSONNE AGEE ET L'INCONTINENCE URINAIRE : La personne âgée vit très mal son incontinence urinaire ...c'est une dégradation de soi, une angoisse permanente (fuites, odeurs…) qui sont, à son égard, une situation humiliante. L'essentiel étant de respecter et solliciter la personne âgée en lui expliquant = l'incontinence peut être parfois réversible.

LE ROLE DE L'AIDE SOIGNANT Faire participer la personne âgée à sa rééducation. Dédramatiser la situation. Lui proposer des objectifs à court terme pour qu'elle puisse évaluer ses progrès = horaires fixes. Evaluation des résultats avec elle. Retirer progressivement la protection dans la journée -= toutes les 3 heures puis toutes les heures. Aider la personne âgée à rétablir le contact avec les autres personnes pour susciter l'envie d'être continente. Aider la personne âgée à contrôler sa miction Installation confortable de la personne âgée. Prévoir à proximité le bassin et plus particulièrement si difficultés à se mouvoir. Respecter les horaires convenus. Veiller à un apport hydrique en quantité suffisante. Limiter sa présence lors de la miction pour respecter sa pudeur en restant discret et délicat. Lui laisser le choix sur le type de protection et en fonction de son activité. Ne pas reprocher à la personne âgée 'de se laisser aller'.

CONCLUSION

La rééducation de l'incontinence urinaire est contraignante pour la personne âgée et pour l'A.S. Cela demande de l'énergie, de la patience et du temps -(facteurs indispensables) -/ pour améliorer les conditions de vie et l'autonomie de la personne âgée. Des grilles mictionnelles peut être utilisées. Il faut changer régulièrement toute protection anatomique ou change complet pour éviter la macération, les odeurs, les escarres et les mycoses. L'étui pénien sera utilisé chez l'homme incontinent urinaire.

11.4.L'ANIMATION

OBJECTIFS

Savoir expliquer ce qu'est l'animation auprès de personnes âgées.

Citer certaines activités avec leurs objectifs et les moyens utilisés.

Faire la liaison avec les besoins fondamentaux.

Savoir définir l'animation dans la définition de l'aide soignant et la charte de la personne âgée. L'aide soignant doit savoir établir un projet d'animation, le mettre en oeuvre et évaluer ses résultats.

L'ANIMATION Anima / âme qui souffle / Animer /donner la vie

L'animation sert à insuffler un mouvement. La personne âgée est un être vivant avec son histoire, son émotivité. Le but de l'animation est de faire un projet individuel ou collectif qui va développer la communication, la mobilité et structurer une vie sociale.

COMMENT ELABORER UN PROJET D'ANIMATION ?

ANIMATEUR OU AIDE SOIGNANT ? (lire aussi mes autres articles sur ce sujet)

Les compétences indispensables à l'aboutissement d'un projet

Savoir travailler en équipe et avec les autres services (administratifs, techniques…)

Savoir être créatif. Savoir encadrer et prendre en charge un groupe de personnes

Savoir faire participer les personnes âgées à des activités (manuelles, intellectuelles, esthétiques…).

HISTORIQUE DE L'ANIMATION

L'animation fut rendue obligatoire en 1975 et se met en place progressivement dans les différentes structures qui accueillent les personnes âgées.

Le personnel est de plus en plus formé à ce type d'activité et on aboutira dans quelques temps à une formation universitaire (Avis aux AS, et j'en connais, qui prétendent que l'animation ne fait partie de leurs compétences et qu'il faut 'laisser ça' aux animateurs).

DIFFERENTS MODELES D'ACTIVITE

Repas à thèmes, organisation de fêtes d'anniversaire , repèrerage dans le temps, souvenirs… Revues de presse, groupes de parole. Cuisine (courses, préparation culinaire…), jardinage qui permet de repèrer les saisons. Peinture, mosaïque, cinéma, activités animalières. Rencontres et correspondances inter-générations. Séjours de vacances…

LES STRUCTURES D'ACCUEIL POUR PERSONNES AGEES = Diverses et Diversifiées

LES STRUCTURES A CARACTERE SOCIAL

👉Les logements - foyers : C'est un groupe de logements autonomes assortis d’équipements ou de services collectifs dont l’usage est facultatif. L’hébergement est à la charge de la personne âgée qui peut bénéficier de l’aide sociale ou de l’allocation logement. Réservés pour les personnes valides de plus de 65 ans. Structures composées d'appartements privatifs et de locaux collectifs. Prise en charge financière individuelle (forfait d'hébergement et d'usage des locaux communs). Aide à domicile. Aucun encadrement médical.

👉Les résidences "service" : Etablissements privés composés de logements destinés aux personnes âgées. Tarifs modulables selon le logement, le confort, les prestations dispensées, etc… Accession à la propriété envisageable. Equipe médicale, équipe d'entretien, restauration, coiffure etc… à la charge du résident.

👉Les maisons de retraite : Ces établissements pratiquent l'hébergement collectif de personnes âgées totale valides ou semi-valides, offrant un ensemble de prestations comprenant à la fois le logement, le repas et divers services spécifiques (loisirs, activités…). Le tarif est un prix de pension de type “tout compris" pris en charge par la personne âgée ou son environnement familial.

👉Les sections de cure médicale : Ces sections sont destinées à l’hébergement et à la surveillance médicale des pensionnaires ayant perdu la capacité d’effectuer seuls les actes ordinaires de la vie mais dont l’état de santé ne justifie pas une hospitalisation

.Les sections de cure médicale peuvent être présentes dans les maisons de retraite et les logementsfoyers.

La tarification sera adaptée au cas de chaque patient. Service médicalisé avec une capacité en lits médicalisés définis par l'Assurance Maladie.

Tarifs différents selon l'option choisie "hébergement médicalisé" ou "hébergement non médicalisé".

Soins pratiqués avec une prise en charge à 100 % si le résident est sous couverture de l'Assurance Maladie Autres structures…

Ce sont des établissements régis pour certains selon la norme de Qualité ISO 9002 (A.F.N.O.R.), qui offrent des services plus conséquents avec un fonctionnement équivalent aux maisons de retraite M.A.P.A.D. (Maison d'Accueil pour Personnes Agées Dépendantes)

ou M.A.P.I. (Maison d'Accueil pour Personnes Agées Invalides).

LES STRUCTURES A CARACTERE MEDICAL

👉Les centres de moyen séjour : Les malades sont admis après un séjour en service de Médecine ou Chirurgie. Ils peuvent bénéficier de soins de convalescence et de réadaptation en vue de leur retour à domicile, ou à défaut d'un placement en maison de retraite ou en long séjour. Les frais de séjour sont pris en charge par les organismes d'Assurance Maladie, sous réserve d'un accord préalable, au même titre qu'une hospitalisation dans un service actif. Le durée de placement dans ce type d'établissement ne doit pas excéder 90 jours.

👉Les centres de long séjour : Créés en 1985 et issus de la transformation des hospices, ils accueillent les personnes âgées qui n’ont plus leur autonomie de vie et dont l’état nécessite une surveillance médicale continue. Après accord préalable, les Organismes d'Assurance Maladie prennent en charge le forfait soins. Le forfait hébergement reste à la charge du patient et de sa famille ou de l'aide sociale.

AUTRES MODES DE PRISE EN CHARGE :

👉La famille d'accueil Famille d'accueil ayant reçu l'agrément délivré par la D.D.A.S.S. (vérification de conformité des normes de sécurité, conditions d'hygiène requises, superficie d'habitation minimum et selon l'effectif de personnes). Contrat entre la famille d'accueil et la personne âgée (conditions de vie, gestion du linge. Tarifs appliqués selon 3 critères : coût journalier des services rendus fixé par Décret, frais d'entretien déterminés par la famille d'accueil, forfait d'hébergement en fonction de la surface habitable, du confort, etc…

👉Le domicile : Personne âgée plus ou moins valide. Repas à domicile (gérés par la commune), Garde malade 24 h/24 h. Auxiliaire de Vie Sociale (marché, cuisine, ménage, repassage, lavag). Clubs (activités loisirs, repas, sorties…). Dépannage à domicile. Télé-alarme. Transports communaux et à tarifs réduit (banque, accompagnement, hypermarché…). Travaux de jardinage…

11.5. LA MALADIE D'ALZHEIMER

DEFINITION - GENERALITES : C'est une maladie qui touche le cerveau. C'est une dégénérescence de certaines cellules nerveuses, dont l'origine est encore inconnue. Ce n'est pas un stade normal du vieillissement. C'est une maladie qui touche les femmes autant que les hommes. Le risque est augmenté avec l'âge et les signes précurseurs apparaissent vers 65 ans ( actualiser, la maladie apparaît +précocement ).

👉C'est une maladie qui n'est pas liée au stress. Elle n'est ni contagieuse, ni héréditaire. On ne sait pas la guérir seulement ralentir son évolution.

DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS : Aucun examen ne permet d'émettre un diagnostic. Un diagnostic pourra être posé après l'élimination d'autres diagnostics : Dépression. Maladie de la thyroïde. Accident cardio-vasculaire. Alcoolisme. Drogues. Maladie de Greutzfeld Jacob.

SIGNES CLINIQUES : Au début de la maladie = Perte de mémoire concernant les faits récents. Difficulté de se souvenir de noms propres. Difficulté de trouver les mots , utilisation de stratagèmes pour se faire comprendre. Sauts d'humeur. Perte d'initiative. Communication diminuée.

✋Stade intermédiaire =Plus d'activités. N'enregistre plus les faits récents. Désorientation spatio-temporelle. Diminution de la coordination des gestes et de l'équilibre  difficulté à marcher, perte de repères. N'arrive plus à écrire lisiblement. Variations d'humeur très importantes. Méfiance à l'égard des autres. Idées délirantes, hallucinations. Perte d'autonomie : besoin d'aide en permanence (toilette - habillage…). Incontinence.

SIGNES CLINIQUES : Stade tardif 👉Mémoire inexistante. Ne reconnaît plus personne/ famille, proches… Difficultés motrices /ne peut plus se lever, ne marche plus, n'arrive plus à avaler… Perte d'expression sur le visage / ne sait plus sourire… Indifférence aux autres et au monde environnant. Agitation - violence. Perte de l'usage de la parole ou langage incompréhensible.

ROLE DE L'AIDE SOIGNANT : Communication = Toujours appeler le patient par son nom. Le toucher quand on lui parle. Etablir un contact visuel et se mettre à sa hauteur. L'aider à trouver ses mots. Eviter de reprendre le patient en cas d'erreur. Employer des phrases courtes et simples - les répéter si besoin. Poser des questions simples. Employer un ton calme et rassurant. Stimuler et encourager le patient dans ses efforts. Expliquer à la personne ce qui va être fait même si évident …"je vais vous laver le visage.

👉 Essayer de deviner ce qu'il veut vous faire comprendre mais qu'il n'arrive à exprimer.

Activités physiques : Aide à la toilette et pour se vêtir. Faire participer au maximum le patient, selon son degré de dépendance… l'associer pour la préparation du repas, l'associer pour mettre la table, l'associer pour le travail d'entretien (nettoyer la table, passer le balai…). le laisser faire son lit.

😐 L'accompagner pour la promenade. Choisir des activités que le patient sera capable de réaliser. Arrêter l'activité dès que le patient montre de l'agacement ou qu'il n'y trouve plus d'intérêt…

Environnement Retirer tout ce qui peut être dangereux:  gaz, allumettes, fer à repasser, produits toxiques, médicaments…

Eviter tout objet fragile à portée de main. Créer des repères adaptés au patient  étiquette ou signalisation visuelle avec son nom, un lieu : Objets usuels à leur place  téléphone, verres, assiettes.

Attention 👉 Escaliers et fenêtres / désorientation et risques de chutes plus importants. Laisser un éclairage sobre rassurant

Prise en charge du comportement : Rester toujours calme. Evaluer le degré de dangerosité pour lui et/ou pour les autres. Essayer d'attirer son attention sur autre chose.

Eviter les réactions du type : ' arrêtez de vous énerver, … 'on ne vous a pourtant rien fait'…

Se déplacer lentement. Laisser le patient, s'il n'y a aucun risque vital, pour revenir ultérieurement. Ne pas le 'punir' après une crise d'agressivité. Ne pas essayer de discuter sur les faits précédents.

Ne pas se culpabiliser dans le cas d'une réaction inattendue du patient 'vous m'avez fait mal' ou par rapport à la prise en charge de la maladie. Essayer de faire exprimer le patient quels que soient ses propos, sa réalité, en cas d'hallucinations

Orienter les familles vers les associations pour toute information, rencontre, conseils sur la prise en charge, séjours. Une association "France Alzheimer" est présente chaque département.

11.6. LA MALTRAITANCE DE LA PERSONNE AGEE

VIOLENCE PHYSIQUE : Coups. Mauvaises manipulations. Contention/ "Référentiel de la pratique pour la contention" - A.N.A.E.S. - octobre 2000.

1.la contention est réalisée sur prescription médicale. Elle est motivée dans le dossier du patient, 2. la prescription est faite après appréciation par l'équipe pluridisciplinaire du rapport bénéfice/risque pour le sujet âgé

3. une surveillance est programmée et retranscrite dans le dossier du patient. Elle prévient les risques liés à l'immobilisation et prévoit notamment les soins d'hygiène, la nutrition, l'hydratation et l'accompagnement psychologique

4. la personne âgée et ses proches sont informés des raisons et des objectifs de la contention. Leur consentement et leur participation sont recherchés

5. le matériel de contention sélectionné et approprié aux besoins du patient. Il présente des garanties de sécurité et de confort pour la personne âgée - dans le cas de contention au lit, le matériel est fixé sur les parties fixes, au sommier ou au cadre de lit, jamais au matelas ni aux barrières de lit -dans le cas de contention en position allongée, les risques liés aux régurgitations et aux escarres sont prévenus

6. l'installation de la personne âgée préserve son intimité et sa dignité

7. selon son état de santé, la personne âgée est sollicitée pour effectuer ses activités de la vie quotidienne et maintenir son état fonctionnel. La contention est levée aussi souvent que possible, 8. des activités, selon son état, lui sont proposées pour assurer son confort psychologique

9. une évaluation de l'état de santé du sujet âgé et des conséquences de la contention est réalisée au moins une fois toutes les 24 heures et retranscrite dans le dossier du patient, la contention est reconduite, si nécessaire et après réévaluation, par une prescription médicale motivée toutes les 24 heures.

👉Alimentation/ ne jamais forcer une personne à s'alimenter et s'interroger pour connaître les raisons de son refus de s'alimenter afin de trouver des solutions ( A se demander qui a retenu tout ceci au vu des faits)

VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE : Menaces, chantage… Insultes, humiliation… Isolement. EXPLOITATION FINANCIERE…

LA SEXUALITE DE LA PERSONNE AGEE LA SEXUALITE DE LA PERSONNE AGEE : Quatre composantes:

Le corps.

Le psychisme,

Le mental, rêve, fantasmes.

Culturel : valeurs…

Les pratiques sexuelles recencées : entre 80 et 100 ans =Caresses. Masturbation. Pénétration. 👉👉Rôle de l'équipe médicale : réflexion en équipe pour faciliter les relations/rapprochement entre personnes âgées ou choix de chambre individuelle

11.7.LA PROTECTION DES BIENS DES INCAPABLES : Majeurs sauvegarde de justice = C'est une mesure temporaire et limitée dans le temps (2 mois au maximum) et souvent prise dans un état d'urgence. La personne conserve ses droits. Cette mesure permet d'annuler un ou plusieurs actes réalisés par une personne qui n'aurait pas ou plus ses facultés intellectuelles. Elle peut être renouvelable à 6 mois. La demande est établie par le médecin traitant auprès du Procureur de la République, parallèlement à la déclaration du Juge des Tutelles. L'effet est immédiat et peut être rétroactif.

LA CURATELLE Qui peut demander une mise sous curatelle ? Le patient ou sa famille et un certificat médical doit confirmer la demande. Le Procureur de la République. La durée n'est pas précisée, c'est le Juge des Tutelles qui pourra décider de son maintien ou de sa levée

👆 Les conséquences: Perte du droit d'exercer certains actes de la vie quotidienne (achat, vente de biens mobiliers…) et assistance de gestion des biens sous la responsabilité d'un curateur qui pourra les prendre en charge. Perte du droit d'éligibilité avec conservation du droit de vote. La curatelle sera notifiée sur l'acte de naissance.

LA TUTELLE : Qui peut demander une mise sous tutelle ? Le patient ou sa famille et un certificat médical doit confirmer la demande. Le Procureur de la République. La durée n'est pas précisée, c'est le Juge des Tutelles qui pourra décider de son maintien ou de sa levée.

👉Les conséquences : Perte de tous les droits même civiques (mariage, divorce…) qui seront, par conséquent, pris en charge par le tuteur. Le(s) tuteur(s) sera(ont) désignés par le Juge des Tutelles.

11.8. LES CHUTES

LES CAUSES

Accidentelles. Ostéoporose : fractures spontanées, fragilité osseuse… Arthrose : altération du cartilage. Diminution de la masse et de la force musculaire. Affections cardio-vasculaires : hypotension… Neurologiques : Accident Vasculaire Cérébral… Troubles visuels et/ou auditifs. Psychiques : dépression. Médicamenteuse. "Langage" : signe d'appel.

ECHELLE DE RISQUES : Age < 50 ans de 50 à 60 ans 60 à 75 ans > 75 ans /Etat mental/ Bonne compréhension/ Désorientation /Confusion /Démence/ Inconscience /Handicap /Autonome Refus de reconnaître son handicap/ Déplacement avec aide OU diminution de la vue Handicap moteur lourd

Particularité /Aucune/ Obésité ou cachexie Pré ou post-anesthésie /Antécédents de chutes ou troubles de l'équilibre … selon le résultat obtenu…👉 > 12 : peu de risques entre 8 et 12 : risques présents < 12 : risques importants

11.9. LA PREVENTION AU DOMICILE

Adapter l'environnement et le mobilier : Meubles stables. Barre de seuil. Barre d'appui. Prises électriques à + de 70 cm du sol.Aménagement de la chambre :Lit médicalisé. Table de nuit accessible et assez grande. Fauteuil avec une assise rigide, stable et équipé si possible de repose-pieds et d'accoudoirs. Aménagement de la salle de bains: Siège devant le lavabo. Privilégier une douche à un bain - sans oublier l'utilisation d'un tapis anti-dérapant et d'un siège adapté. Brosse éponge à disposition pour laver le dos. Robinet  mitigeur. Aménagement des toilettes : Réhausseur.  Barre d'appui. Aménagement de la cuisine Préférence pour une plaque électrique. Objets visuels à portée de main. Grande serviette de table . Aménagement du salon Petit tapis anti-dérapant. Naperons en hauteur ou sous un objet lourd. Fils téléphoniques ou de la télévision.

Ne pas oublier l'entretien de tout matériel/ changement du caoutchouc de canne, lubrification des parties métalliques, changement de plaquettes de frein sur fauteuil roulant.

11.10. AUTONOMIE - EVALUATION & GRILLE A.G.G.I.R. AUTONOMIE - EVALUATION & GRILLE A.G.G.I.R.

DEFINITIONS :

😦La dépendance c'est l'insatisfaction d'un ou des besoins de l'être humain par des actions inadaptées qu'il accomplit ou qu'il est dans l'incapacité d'accomplir et se manifeste par des signes observables (incontinence : perte de contrôle des sphincters).

😊L'autonomie c'est la satisfaction d'un ou des besoins de l'être humain par des actions appropriées qu'il accomplit lui-même. Les déficiences, incapacités ou handicaps 13 % de la population de plus de 60 ans - déficience, incapacité , handicap

EVALUATION DE L'AUTONOMIE & GRILLE A.G.G.I.R. / C'est porter un jugement de valeur sur….

👉La grille A.G.G.I.R. (Autonomie Gérontologie Groupe Iso Ressources) est établie en fonction de critères objectifs et quantifiables définis au préalable pour permettre l'évaluation et obtenir ainsi le degré d'autonomie d'une ou plusieurs personnes. Elle évalue la personne dans son environnement et en fonction des moyens techniques mis à disposition.

La grille A.G.G.I.R. permet d'obtenir des subventions réparties aux établissements qui accueillent les personnes âgées, handicapées… et de toute autre personne recensée par le Groupe Iso Ressources.

LES VARIABLES DISCRIMINANTES : Ces variables permettent de différencier les niveaux lors de l'évaluation de l'autonomie.

S'alimenter seul. Cohérence. Orientation. Transferts : se lever, s'asseoir, se coucher. Habillage. Elimination : urinaire et fécale. Déplacements : intérieur et extérieur. Toilette. Habituellement, spontanément, totalement, correctement

L'évaluation démontrera : Autonomie. A stimuler. Aide à la toilette, habillage, incontinence. Perte d'activités physiques et /ou psychiques.

LES VARIABLES ADMINISTRATIVES & FINANCIERES

Gestion. Cuisine. Achats. Suivi du traitement. Ménage. Transports. Activités de temps libre...

👱 FIN cours 11

Que ceux que mes cours / partages intéresse n'oublient pas que j'y passe du temps et qu'en échange, un/des 'clics' sur les pubs, s'ils ne vous coûte rien, font plaisir à celui qui reçoit. 😉

Retour à l'accueil