Le Soin s'apprend, mais sans l'art du �pas de soin réussi.

Le Soin s'apprend, mais sans l'art du �pas de soin réussi.

Ceux qui, comme moi, ont un jour accompagné des personnes atteintes de sclérose en plaques, savent combien cette maladie différe selon les individus...Certains jours 'çà va à peu près'...et d'autres, pas du tout.

En conséquence, combien un accompagnement psychologique et une stimulation sociale sont primordiales auprès de ces personnes.

    

Rappel

Maladie auto-immune chronique, dont la gravité et l’évolution sont très variables, la sclérose en plaques est une maladie qui touche le système nerveux : cerveau, nerfs optiques et la moelle épinière. SEP remittente * ou réactions inflammatoires ? 

 

La maladie altère la transmission des influx nerveux et les symptômes  sont  variables d'une personne à l'autre...
👉 Dans la plupart des cas,  la sclérose en plaques évolue par poussées : poussées -rémission alterneront. Avec des symptômes récurents, véritables 'avertisseurs'.

Au fil des ans, ces poussées laissent des séquelles qui sont invalidantes pour la personne.

 

Symptômes le plus souvent constatés lors de ma pratique professionnelle : trouble des mouvements et donc de la marche, en conséquence  haut risque de chute,  fragilité de la mémoire, voire de la parole, confusion,

douleurs osseuses, troubles du comportement,

état dépressif...plus ou moins profond selon les jours et /ou les moments dans la journée. 

 

Profesionnnel du soin, nous devons rester attentifs à ces variations, nous adapter tout en douceur et toujours relayer l'information. Ne jamais oublier que nôtre travail n'a de sens que s'il est exercé en cohérence avec tous les membres de l'équipe.

 

👉Le dernier patient  avec la SEP que j'ai accompagné, avait 89 ans, il vivait avec la maladie depuis ses 21 ans, a travaillé toute sa vie et fondé une famille. Il est vrai, que certains jours, il avait été obligé d'abandonner  son poste de travail. Aussi  tous les employeurs ne sont pas prêts à faire 'avec', mais sa vie prouve que c'est possible. Aménagements de poste et volonté necessaires, mais faisable.

 

👍En matiere  de traitement, la science avance dans le domaine avec deux médicaments prometteurs. En effet, pris conjointement ils pouraient ralentir, voire stopper la progression de la maladie 😆A suivre

 

☝Cette maladie a été décrite pour la première fois en 1868 par le neurologue français Jean Martin Charcot.

 

      En Vente sur le Web Editions   

Retour à l'accueil