Mes premières expériences dans le domaine médico social, furent auprès du sujet âgé ! Le travail auprès de ce public, n’est, ni de tout repos, ni facile.  Nous avons une multitude de tâches à penser, à réfléchir, à prévoir, à exécuter, et surtout à ne pas oublier  Raison pour laquelle je ne me sépare jamais de mon calepin et stylo, nichés au fond de ma blouse en permanence.
Ces tâches professionnelles, faut être honnête, sont répétitives et souvent lourdes, voire pénibles pour notre système locomoteur,nos muscles, notre moral et surtout notre dos qu’il faut à tout prix ménager : d’où l’utilisation de mouvements adéquats et d’aides techniques appropriées.
Dire que c’est agréable serait abréger un peu le travail et décevoir sans aucun doute ceux qui idéaliseraient le métier.
Je préfère être claire, car c'est aussi le but de mon blog:
Si les odeurs : urines, selles...
Si la nudité, le contact physique...
Si la vieillesse, le handicap, ou la maladie vous pose souci, je me permets de vous dire une chose : Laissez tomber cette voie professionnelle et orientez votre regard vers un tout autre horizon ! En effet, si avant les AMP siégaient direct au service Animation, ça,  c'etait avant...ce n’est plus le cas de nos jours.
D'ailleurs, j'ai l'impression que je suis LA SEULE à m'en étonner.
La tendance est au soin = la même fonction qu’un AS, autrement dit, un rôle double casquette : AS matin et soir et entre les deux = accompagnement activités et animations.
Vis à vis des familles « çà fait bien de dire que l'en emploie des AMP » Il y va du prestige de l’Établissement, paraît il !
Dit autrement, ‘ils’ont trouvé la parade, et le moyen de dévier notre métier dans une quasi servitude : journées de 12 heures, payées 10...avec 2h de coupure. Les 2X8, comme à l’usine...
Sauf que, ici, on ne travaille pas sur machines mais avec des humains...
VULNERABLES ........FRAGILISÉS.....J'ai le sentiment a être l'unique AMP à avoir à redire sur le sujet.
AMP, il faudrait que nous nous questionnions
Avons-nous choisi ce métier pour en arriver là ?
Pour être honnête, la moitié de notre travail consiste à faire du nursing.
 
En ce moment, le travail à domicile nous fait de l’œil, et on ne peut que s’en réjouir.
Mais que nous propose t on ?
Si c’est pour effectuer le même travail qu’une Auxiliaire de Vie, et donc, lui prendre son job, là, je ne suis pas d’accord.
D’autant que le salaire, lui, est congelé !
Comme j’aime parler de ce que je connais (même si j'en parle avec des FOTES d'ortho.) j’ai accepté des vacations à domicile, histoire de comprendre comment cela fonctionne.
L’autonomie m’a séduite...mais pas plus !
Le travail en équipe, malgré les mille et une prise de tête incontournable,  je le préfère à la solitude et au manque d’échanges professionnels auxquels je fus confrontée à domicile.
OK, Sans aucun doute, des pistes doivent être explorées de ce côté là, où tout, me semble t il, reste à faire
La première, serait 'd’inter-dire' une AMP de faire le TRAVAIL d’une Auxiliaire de Vie. De quel droit, leur retire-t-on son job en acceptant les mêmes tâches? Tour le monde a besoin de travailler. C'est pourtant ce que nous ferons si nous continueons à accepter de FAIRE les mêmes tâches.
Donc, redéfinir la fonction de l’AMP à domicile, qui, selon mon point de vue diffère et doit continuer à différer de la fonction d’AS et de la fonction Auxiliaire de Vie.
Les trois sont nécessaires et doivent travailler (ou apprendre à travailler) ensemble, pour un MEILLEUR ÊTRE de la personne que nous ACCOMPAGNONS.
Le pont qui relie tous les intervenants et les tâches inhérentes à chaque métier reste la personne humaine.
En effet, j’ai pu constater une chose : Si on lui donne le choix, la personne PREFERE rester vivre chez elle.
A partir de ce constat, les professionnels ne peuvent pas faire autrement que de respecter le souhait de la personne...Tant que faire se peut.
Remarquez, je peux comprendre...on me mettant à sa place : empathie empathie....
Faire intervenir diverses disciplines avec un temps commun pour les échanges et analyse des pratiques, voilà le défi du futur !
Domicile ou pas, la prise en charge doit rester pluridisciplinaire.
Prévention également, en effet, en matière de'burn out', le huis clos : personne aidée-aidant, est un facteur de risque !
Quand au risque de maltraitance, on peut imaginer les dégâts...d'ici quelques années...OUI...Le risque est plus grand à  domicile...Le manque de formation des intergenants aussi...L'emploi de personnes non motivées  et intervenantes par manque de choix...
Impératif : Plusieurs personnes distinctes avec des missions spécifiques, sur des créneaux horaires réguliers tout au long de la semaine = Réel Lien Social !
Ceci serait une avancée importante en ce domaine et avant tout pour la personne fragilisée vivant à domicile.
A moins qu’en haut lieu, ils estiment que l’AMP est un homme à tout faire dans le secteur de l’aide à la personne !
Et là, outre le fait que je ne suis pas d'accord, il faut qu’ils nous expliquent pourquoi il existe des FORMATIONS distinctes et somme toute, différentes ! ? !

Un mot à l'attention de tous ceux que mes 'fotes d'ortografe'* indisposent : La critique n'est constructive que si on émet des pistes. Autrement dit, il vous est offert plusieurs choix :

1) Corriger ainsi vous aurez moins de temps pour la critique stérile

2) Faire mieux, cela vous évitera de faire une fixation sur mes écrits
3) Passez votre chemin cela vous fera un grand bien
 
 Soyez assurés que je respecterai votre décision

     Aide M            

             En Vente sur le Web Editions     
*faute d'orthographe

Retour à l'accueil