Aide M  

             En Vente sur le Web Editions     

Les caractéristiques des métiers en prospective horizon 2015

Evolution de l'activité

Les activités des soignants les plus particulièrement sollicitées à l'avenir seront :

                        La lecture/écriture sur ordinateur (transmission, bilan, traçabilité, etc.)

                        Les tâches de soins infirmiers réalisées en collaboration (aide à la prise de médicaments, prises de tension, température, etc.)

                        L’accompagnement des personnes âgées en fin de vie

                        La prise en charge (toilette, repas) des personnes démentes

                        La gestion de la relation familiale, gestion des conflits éventuels

                        La prévention des risques de maltraitance.

 

Evolution des compétences requises

Aide médico-psychologique

Pour les aides médico-psychologiques dont l'emploi serait bien différencié de celui d'aide-soignant (foyer socioéducatif par exemple), les nouvelles compétences requises se rapprochent de celles demandées aux moniteurs éducateurs : savoir faire des compte-rendu, des observations ; savoir animer des groupes par exemple. L'informatique devrait également se développer dans les foyers, notamment pour la gestion des dossiers des usagers.

Pour les aides médico-psychologiques exerçant dans des unités de soins, comme il(elle)s sont appelé(e)s à collaborer à parité avec les aides-soignants, il s'agit d'acquérir les compétences relatives aux soins. L'enjeu de maintenir des aides médico-psychologiques dans les équipes soignantes est d'introduire précisément les compétences d'animation et les compétences psychologiques des aides médico-psychologiques, cette introduction devant se faire plutôt dans le cadre d'une mutualisation des compétences. Le même raisonnement semble être mené en introduisant des aides-soignants dans les équipes d'animation des foyers socio-éducatifs.

Evolution des compétences requises

Aide-soignant(e)

La dimension sociale accrue dans la prise en charge ainsi que le développement du travail en réseau et en coordination nécessitent une plus grande compréhension de l'organisation des soins dans l'établissement et sur le territoire.

En outre, du fait des exigences accrues en qualité et en sécurité des soins, une mise à niveau et un entretien des connaissances sont nécessaires dans ces domaines (procédures et protocoles en matière d'hygiène, de sécurité, de vigilance, etc.).

La relation aux patients et à la famille exigera un plus grand savoir-faire. Mais au-delà, la forte augmentation du nombre de personnes âgées présentant des troubles du comportement exige que les aides-soignant(es) aient des notions de psychologie et développent un savoir-faire pour comprendre, dialoguer et être capables de détecter les signaux d'alerte.

Evolution des compétences requises

Auxiliaire de puériculture

Pour les auxiliaires de puériculture, les compétences à acquérir sont moins dans les techniques de soins et de nursing aux enfants que dans les dimensions relationnelle (savoir communiquer avec des enfants malades et coupés de leur milieu), juridique (droit des enfants et des patients) et, dans certains cas, sociale et familiale (aide et support à l’enfant et à la famille).

Evolution du profil des trois métiers

Il n'y a pas d'évolution majeure.

Le recrutement à l'entrée des instituts de formation ou via la formation interne correspond aux jeunes titulaires d'un BEP sanitaire et social. Toutefois, l'orientation des jeunes scolaires et la propension à poursuivre les études d'enseignement général au plus loin, conduisent à attirer dans la profession des jeunes bacheliers. Notons que pour certains jeunes, le métier d'aide-soignant ou d'aide médico-psychologique est considéré comme un passage pour évoluer vers celui d'infirmier (http://emploi-infirmier.actusoins.com )ou d'éducateur spécialisé. Le développement de la VAE et l’établissement de passerelles et de parcours professionnels vont certainement amplifier ce phénomène.

Evolution du positionnement fonctionnel

Plusieurs points d'évolution devraient trouver des solutions ou un développement dans les années à venir :

 -une clarification de la coopération entre l'aide médico-psychologique et l'éducateur spécialisé, en particulier dans les centres socio-éducatifs où l'aide médico-psychologique s'affirme comme un assistant de l'éducateur responsable

                        -une clarification de la coopération entre l'aide-soignant(e) et l'infirmier(e)

                                              - un recentrage des missions d'aide-soignant et d'aide médico-psychologique dans les unités de soins ou les centres socio-éducatifs de façon à utiliser au mieux les compétences de l'un et de l'autre, en tablant néanmoins sur le fait que la coexistence des deux professionnels dans une équipe peut permettre un enrichissement mutuel, en matière de soin pour l'un et en matière d'animation et de psychologie pour l'autre.

 

Problématique du recrutement

Les nombreux départs à la retraite et l'augmentation globale des effectifs (demande à satisfaire en structures d'accueil des personnes âgées comme des personnes handicapées ou encore d'hospitalisation à domicile) vont nécessiter des recrutements massifs, alors même que les métiers d'aide-soignant ou d'aide médico-psychologique souffrent d’un manque de reconnaissance et sont peu attractifs (sachant également que le coût de la formation pour les aide-soignants est relativement dissuasif).

Ces métiers requièrent de la motivation (beaucoup trop d'élèves se retrouvent dans la formation par défaut, sans avoir choisi véritablement cette orientation) et une réelle capacité à apprendre et à se former ; la réponse aux besoins de recrutement devra être quantitative mais aussi qualitative, en proposant très tôt aux personnes occupant ces postes des évolutions, soit en termes de mobilité fonctionnelle (autres services, unités, etc.) soit en terme de mobilité verticale (accès aux métiers d’infirmier (http://emploi-infirmier.actusoins.com ), d’éducateur, de puéricultrice, etc..).

Le gros du recrutement sera essentiellement externe et exigera une amélioration sensible de l'attractivité et de la fidélisation de la part des établissements.

Développement de passerelles et parcours professionnels

Le développement d'emplois dans la filière médico-technique (ex. stérilisation), hôtelière (ex. distribution des repas) mais aussi administrative (accueil) présente l'intérêt d'offrir des possibilités de conversion pour les aides-soignants. L'usure des aides-soignant(e)s les plus âgées est très perceptible (absentéisme, congés maladie, incapacité professionnelle, etc.). Or, ce phénomène risque de s'accentuer du fait des contraintes médico-économiques mais aussi des difficultés de recrutement, les deux concourrant à réduire les effectifs en poste. Par ailleurs, le profil de plus en plus gériatrique des patients accueillis et le renforcement des activités de nursing va encore renforcer l’usure professionnelle. Aussi, la recherche de solutions précoces de reconversion ou d'orientation vers des postes aménagés ou moins pénibles sera plus que nécessaire à l'avenir, mais très peu aisée.

Besoins futurs en formation initiale et continue

L'accès à des formations continues est essentiel pour compléter les connaissances acquises en formation initiale et surtout pour favoriser le développement des compétences des agents. D’autant que la question de l’accès des aides-soignants à la profession d’infirmière est de se maintenir dans la formation, donc de la capacité en amont de suivre cette formation, ce qui renvoie à un niveau de connaissances générales obligatoire.

La formation initiale est générale et ne peut être suffisante car les connaissances théoriques de bases, variées et parfois trop denses pour être bien intégrées, doivent être confrontées à la réalité du terrain, et cela sera d'autant plus nécessaire que le recrutement dans les centres de formation devrait être important. A cet égard, la qualité des stages est fondamentale dans le cursus de formation. De même, un effort particulier devra être fait afin de favoriser, d’une part, la motivation des élèves et, d'autre part, faire mieux connaître les services ou établissements a priori les moins attractifs.

Des thèmes de formation (formation continue classique et formation-action) pour les aides-soignants, les aides médico-psychologiques et les auxiliaires de puériculture sont à développer :

                        Connaissance et adaptation à la diversité culturelle

                        Droit et responsabilité

                        Aide à l’éducation

                        Gestion du stress et des situations difficiles (violence)

                        Travail en équipe

                        Evaluation des pratiques professionnelles.

 

Indication d'évolution quantitative

Avec le vieillissement de la population, l'effectif global d’aides-soignantes et d'aides médico-psychologiques va continuer à augmenter, plus rapidement même que l'effectif infirmier. Pour les auxiliaires de puériculture, la progression des effectifs sera surtout due aux postes qui se créent dans les crèches et peu dans les services hospitaliers, en dehors bien évidemment du renouvellement naturel des générations.

Le gros des besoins en recrutement provient du remplacement des départs à la retraite.

Source :

 DHOS - Observatoire National de l'Emploi et des Métiers de la FPH Etude prospective des métiers de la FPH 18

     Aide M  

             En Vente sur le Web Editions      

Retour à l'accueil