Certains d'entre vous, souhaitent que les Ehpad, restent un lieu fermé aux AMP...C'est une opinion que je respecte, que  je peux comprendre aussi...néanmoins, je suis moins catégorique.

Personnellement,  j'aime 'experimenter' les lieux possibles pour exercer ma profession, y compris les plus improbables. Tant pis si je me ramasse parfois des 'vents' !

Je considère que nos décèptions aident notre évolution.

J'arrive donc un beau matin dans une UP : Unité Protégée

Protégée, Oh que OUI : codes necessaires pour prendre l'ascenceur, rentrer ou sortir...Bonjour les notes sur mon calepin , et surtout pas les oublier.

Comme nous, soignants, savons, les personnes atteintes par la maladie d'Alzheimer 'fuguent'...Hé oui, ce sont des sacrés fugueurs.

Que ne ferions nous de même si nous étions à leur place ? Certain que les familles n'apprécieraient point que cela arrive...

De fait, les codes sont indispensables et justifient le nom d'Unité Protégée.

Cependant, il ne faudrait pas que cela devienne prétexte non affiché pour laisser les résidants 'sans surveillance'. Quoique je préfère dire 'sans accompagnement'

A mon arrivée, je tombe sous le charme des locaux : Grands, espacés, clairs, structurés. L'espace de vie au centre et les chambres particulières avec sdb privée autour. Un peu comme en foyer de vie. 

Rapidement, je regrette que l'on n'y fasse pas grand chose de ces superbes locaux, hormis 'parquer' les personnes dans un fauteuil. Pourquoi faire ? Regarder des danseurs et écouter de la 'house' non stop

Je rassure tout le monde, depuis mon arrivée, j'ai changé cela. En effet, je pense que les infos, repportages, chansons anciennes...sont plus appropiées que la disco ou la house music...et en effet, il est intéressant de constater combien l'attention des personnes est en alerte depuis : Actifs devant la TV .

Le lundi, un prof de Gym passe ...un psy aussi...de temps en temps...

Les familles, arrivent souvent à l'heure des repas, du coucher ou de la toilette, avec une méfiance accrue; sans doute suite aux nombreux faits divers peu glorieux sur ces endroits. Certains inspectent chaque m2 et chacune de nos actions...mais rarement prêtent main forte pour l'aide au repas de leur proche. Préferent rester spectateurs plutôt qu'acteur...dommage, d'autant que ce n'est pas faute de les solliciter...Un peu comme si, étant payeurs, ils en veulaient pour leur argent ! D'ailleurs, ils ne se gênent pas pour nous le faire rappeler...

OR  faudrait bien qu'ils comprennent que nous, soignants, ne sommes pas béneficiaires depositaires de leur deniers...et qu'ils devraient plutôt réclamer au sommet de la pyramide.

  Hier les familles étaient confiantes.

Aujourd'hui elles sont opposantes  (le moindre incident, le plus petit manquement, comme par exemple trouver un gant de toilette souillé dans la salle de douche, et c'est la menace  au  procès.)

 Souhaitons que demain, elles deviennent des alliées actives. Pour ma part je me force à les considerer tels des partenaires... puisque nous avons le même objectif.

 Modestement, je privilégie le dialogue en essayant de les amener à prendre part aux projets des aînés, car ainsi, elles comprendrons mieux les enjeux. Les difficultés aussi, que nous vivons à leurs côtés.

Partenaires, vaut mieux qu'adversaires...mais du chemin reste à faire de part et d'autre ! Et que dire des Directeurs qui ne voient pas cela d'un bon oeil ?

Comme si les visiteurs n'avaient pas d'yeux ! Ni de cerveau ! Je pense qu'il vaut mieux parler des choses fussent elles délicates pour la hiérarchie de l'Etablissement que tout passer à la trappe.

Premier jour, et premières prises de tête (en douceur, façon Cathy, quoi) : Pas d'accueil par le Directeur comme convenu, Pas d'IDE non plus, Pas de tenue de travail comme promis, pas de casier de vestiaire pour y déposer mes affaires, pas de topo même rapide, et encore moins d'un jour en doublure...donc, méconnaissance de la personne que j'allais accompagner.

Comme un parfum Ô  combien connu de 'foutage de gueule. ..trouvez pas ?

Deux jeunes filles : une vacataire et une en attente d'une formation rémunérée d'Auxiliaire de vie, distribuaient le petit dejeuneur .

Ici, elles distribuent aussi les médoc, vu que nous arrivons  1 heure + tard et que l'IDE guère avant.

8h : Une AS stréssée avant même de commencer sa journée me dit qu'elle avait demandé une AS CALME. Ce à quoi je repondis : Qu'elle chance, J'suis AMP super calmeeeeeeeeee.

Puis, arbitrairement elle me dit d'aller dans le couloir de gauche (car elle y était depuis 2 mois) et elle prit le couloir de droite. OK ! 

Vers 11h, j'avais pratiqué plusieurs toilettes non stop et les 3 collègues faisaient des allers retour en murmurant "on est en retard...on est en retard" ???????????????????

Le stress est palpable. Pas de pose offerte par la maison

D'un calme Olympien, je disais "mais non...cool...tout va bien"  

Elles me regardaient les yeux 'égarés', un peu comme si je parlais dans une  autre langue SANS m'en RENDRE COMPTE. 

L'après midi, je m'attendais à faire des activités avec les Résidents, ce qui aurait été une forme de 'recompense' pour moi et de 'détente' pour eux....BAH NON !!!

  Les jolis et neufs locaux ?   Pour faire beau !

Je deteste ces coupures de 2 heures,  surtout lorsqu'on se trouve au milieu des bois.......rien à la ronde.  

Conclusion : Suis restée sur place pour mon dejeuner, mais déconseille, car  entre les familles qui ne vous lâchent pas et les sollicitations des résidants,...en guise de pause non rémunérée......Vous bossez quand même entre deux bouchées de sandwich !

  2ème jour : AS absente sans surprise.

Par contre, qu'on me laisse  SEULE, avec l'aide de deux jeunes filles qui font de leur mieux...mais loin d'être suffisant...et ce, pour mon deuxième jour...ALORS là, chapeau !  Surprise parfaite. J'ai faillit rendre ma tenue avant même de l'avoir.  J'avais déjà envie de partir...

  Vis à vis des résidants, de la continuité des soins et pour les beaux locaux, je n'ai pu me résoudre à le faire, mais;   Ce soir là, je suis rentrée chez moi en ayant vraiment l'impression d'avoir fait du sale boulot. 26 patients quand même...Et les excuses d'un Directeur novice, n'y ont rien fait !    

Directeur ou pas Directeur, Si j'avais écouté la Cathy, je l'aurais pris par la peau des fesses et obligé à venir me porter main forte, non mais !     

 Accompagnement ? Aide ? Soin ?

Non, travail en Usine  ! Pire, travail à la chaîne.

 Lorsque je me suis rendue dans le bureau du Directeur, Il m'a semblé depassé par les soucis divers et variés, je suppose, et préoccupé par les moyens insuffisants dont il dispose.

Un peu comme si, tous mes constats, il les connaissaient,  mais, mains et pieds liès, il faisait de son mieux avec ce qu'il avait. Exactement comme nous, aux étages.

Désesperant !

   Mais que faisons nous dans les EHPAD ? 

Mais que sommes nous en train de faire dans les UP ?  

Où est la prise en chage PERSONNALISEE ?  Le projet de VIE ?

Mais quand va t on oser envoyer un enorme coup de pied dans cette maudite fourmillière ?

En fait, je préfère travailler avec des personnes en nombre non diplômées, plutôt qu'avec des diplômés en sous nombre ou en nombre suffisant mais usés et/ou démotivés.... LES PERSONNES AGEES ONT BESOIN DE PRESENCE, D'ECOUTE, DE CALME, D'EMPATHIE ET DE TEMPS!!!!!!!!!!!!!!!

LES PERSONNES ALZHEIMER D'AUTANT PLUS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  

  2 semaines plus tard...hé oui,  je suis une dure à cuire, et puis, l'AS est revenue, youpiiiiii. Une  autre fille est partie et a été remplacée par une auxiliaire de vie.

J'apprécie tjs autant les locaux dans cet UP.

Sûr, il y a matière! 

Les 2 Auxiliaires de Vie sont toutes deux nouvelles, bientôt je vais me retrouver 'l'ancienne' par ici. Mainnnnnnnnnnh

J'essaie, tant que faire se peut, de leur transmettre des petits trucs : dire PROTECTION au lieu de COUCHE / mais aussi  sur la bientraitance...les techniques de manutention...le respect ...

LE TRAVAIL EN EQUIPE ? Ah çà, elles ont du mal...préfèrent faire leur petit train train en douce comme si elles étaient seules au monde !

 Cà doit être rassurant, je suppose.  Elles me feraient rire si je n'avais pas l'oeil averti.

Comme dit ma coéquipière, je vois tout ! Eh oui, surtout ce que l'on veut me cacher héhéhé.C'est pas pour rien que je fus 'voyante' dans une vie précedente !

Ici je tiens à, par exemple, m'assurer que le petit dejeuner est bien distribué et que les résidants sont bien installés. Loin d'être toujours le cas.

Lorsque je formule mes demandes, je le fais en prenant en considération les susceptibilités de chacun...Avec des limites : Les miennes !

A chacun de connaître les leurs et de connaitre leur position dans la hiérarchie !    

Lorsque l'auxiliaire, en nage, s'enèrve contre l'organisation sans savoir comment en changer, je préfère que l'on se pose un moment et essaie de trouver une solution.

En 2 semaines, l'organisation pratique a été changée sur ma proposition et validé par la collègue avec qui je fais équipe.

Résultat : Gain de temps, moins de stress, tenue de l'horaire...

Une IDE en mal de reconnaissance, en l'absence de l'IDE cadre, a essayé de refaire toute notre petite organisation qui commençait à rouler.

A son retour, la cadre est en colère, quoi, comment l'IDE (!) s'est mêlée de ce qui ne la regardait pas ??

Quelle pagaille, çà a chauffé entre ces 2 là.

La rigolade!  C'est que des fois, on est mauvaises, nous les soignantes de service, on se moque à mort des IDE en bataille.   

Quand même, la cadre est venue me demander mon avis et celui de l'AS : Ne sommes nous pas les premières concernées ?  

J'ai apprecié.

Elle m'a écouté.

Elle a validé mon organisation.

Tout a été formalisé par écrit.

Chapeau.

Ceux qui l'appelent le Dragon, ont, selon moi, tord.

  TRANSMETTRE J'ADORE, c'est super VALORISANT  

Peu à peu, je prends mes marques, fais connaissance avec les résidants, consciente que beaucoup reste à faire.

 

3 semaines déjà...Bref, je vais continuer.... en ce moment, je suis à la recherche du projet de vie personnalisé.....incroyable mais c'est une chose inconnue par ici !?!

  En UP, tout est à revoir : Personnel, Bientraitance, Organisation, Respect et prise en charge spécifique de la personne atteinte de la maladie Alzheimer.  Sans partir en guerre, je vais essayer de le faire comprendre, à commencer par ma hierarchie...puisque la famille est acquise et que le résidant n'attend que çà...........

    Le temps passe vite, çà, c'est du connu pour vous tous, j'en suis convaincue...mais alors, ici, le temps défile à une vitesse effroyable...  

Du coup, je suis encore en place, et sans avoir eu le temps de commencer mon 3ème guide sur l'accueil de jour.

ICI, le PSY est incroyablement sympa et coopérant, heu, c'est peut être l'inverse, non, tout compte fait, c'est dans les 2 sens.

  Le Directeur quant à lui, me semble lisse comme une anguille qui essaye de se faufiler entre les algues d'une mer souvent déchaînée : Toutes les femmes de l'Etablissement s'extasient sur ses yeux bleus et son joli minois, et vu que 90% des employées sont du genre féminin...

Imaginez le tableau !  

 Mon avis ? 

1) je bosse

2) suis pas libre

3) j'aime le poisson mais je n’aime pas l' anguille ;o)

Ah là là, ici le cota/ 2 femmes pour un homme ne tient plus ! Bref, la joie de travailler au royaume féminin ! Suffit de résister à  l'envie de se tirer le chignon par 'manque de coq' ;)

 Enfin, l'AS avec qui je fais équipe, (en plus des auxiliaires) assure positivement et en a sympatisé grave !  Comme quoi .

  J'apprends de sa technique et je lui apporte un souffle nouveau indispensable à la motivation du savoir être avec les résidants.  Nos 2 fonctions 's'emboîtent' sans heurts...complémentaires dans le bon sens...

 Je crois bien que je vais rester un peu... afin de mener à bien mes autres activités, dont l'écriture.  

Et puis, me remettre sur le marché de la recherche d'emploi ?

Non merci.

 

   

      En Vente sur le Web Editions   

 

 




 

 

 

 

Retour à l'accueil